Côte d'Ivoire: Des élèves-gendarmes menacés de radiation, la raison

Le général Apalo Touré prend des mesures fermes contre des gendarmes fauteurs de trouble
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 10 mai 2021 à 15:18 | mis à jour le 10 mai 2021 à 15:54

Plusieurs élèves- gendarmes, responsables de violences perpétrées contre des populations civiles dont une journaliste, dimanche 9 mai 2021 à Adjamé, encourent des sanctions allant jusqu'à la radiation des rangs de la Gendarmerie nationale ivoirienne.

Le général Apalo Touré prend des mesures fermes contre des gendarmes fauteurs de trouble

C'est à travers une alerte diffusée dans une plateforme de journalistes, que Diane Kablakan, journaliste à Ovajabmedia, a donné l'information de sa bastonnade, dimanche par des gendarmes. La consœur, en pleurs, a violemment été prise à partie, sans raison, par un groupe d'élèves-gendarmes, ayant bénéficié d’une permission collective de départ en congés. Sur des photos d'elle, publiées, étaient visibles, des traces des violences corporelles exercées par ces fauteurs de trouble.

La scène a suscité une vague d'indignation auprès des hommes et femmes des médias au point où plusieurs parmi ces élèves sous-officiers gendarmes, impliqués dans les troubles, ont été interpellés. " Tous ces individus encourent les sanctions disciplinaires prévues dont la radiation des effectifs de la Gendarmerie nationale, conformément au Code de la fonction militaire", prévient le général Apalo Touré. Dans un communiqué, le Commandant supérieur de la Gendarmerie nationale juge "inqualifiable" ces agissements qui ont gravement perturbé la quiétude des populations et créé une psychose en leur sein.

L'officier général de la Gendarmerie nationale, ajoute que ces brimades sont contraires à l'éthique et au règlement militaire et sont de nature à jeter le discrédit et à ternir l'image de ce corps d'élite qu'est la Gendarmerie nationale et dont la mission première consiste à protéger les personnes et leurs biens. Dimanche 9 mai 2021, après-midi, un groupe d’élèves sous-officiers de première année de l’École de Gendarmerie d’Abidjan, qui venait de bénéficier d’une permission collective, s'en est violemment pris à d’honnêtes citoyens dont une journaliste dans la commune d’Adjamé.

Informé de la situation, le Commandant Supérieur de la Gendarmerie nationale s'était aussitôt rendu au chevet de la journaliste pour exprimer ses regrets et apporter à toutes les personnes victimes de ces désagréments, sa compassion ainsi que celle de l’Institution toute entière. La Gendarmerie Nationale tient à rassurer les populations que toutes les dispositions seront prises pour que de tels agissements ne se reproduisent plus.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus