Roch Kaboré limoge ses ministres de la Défense et de la Sécurité

Roch Kaboré se sépare de son compagnon Chérif Sy à cause des djihadistes
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 01 juillet 2021 à 12:31 | mis à jour le 01 juillet 2021 à 12:31

Roch Kaboré vient de limoger ses ministres de la Défense et de la Sécurité. La colère montante des populations du Burkina Faso face à l'insécurité galopante est la principale cause de ce réaménagement gouvernemental.

Roch Kaboré se sépare de son compagnon Chérif Sy à cause des djihadistes

Kaya et à Titao étaient en ébullition, le week-end dernier. Et pour cause, de milliers de manifestants étaient descendus dans les rues de ces deux localités du Nord et du Centre-Nord burkinabè pour protester contre les incessantes attaques terroristes dont sont victimes leurs populations. Et ce, dans l'impuissance des autorités burkinabè. Un manifestant pointait à cet effet « la gestion chaotique et par tâtonnement de la situation sécuritaire a fini par convaincre les populations que la situation ne semble pas préoccuper nos autorités ».

En guise de réaction, Roch Kaboré avait promis des mesures pour faire face aux attaques attribuées aux groupes djihadistes. Aussi, le président burkinabè a procédé, mercredi, à un réaménagement gouvernemental. Le ministre de la Défense, Chérif Sy, et Ousseini Compaoré, son collègue de la Sécurité, ont été limogés au profit du colonel major Barthelemy Simporé, comme ministre délégué, chargé de la Défense et des Anciens combattants, et Maxime Koné qui prend le portefeuille de la Sécurité.

Le Président de la République, Roch Marc Christian Kaboré, Chef suprême des armées, devient par ailleurs le ministre de la Défense. Chérif Sy, Salif Diallo (ex-président de l'Assemblée nationale) et le président Roch Kaboré, faut-il le rappeler, alors dissidents du parti de Blaise Compaoré, constituaient le trio gagnant de la présidentielle de 2015. La menace terroriste a donc poussé le locataire de Kosyam à se séparer de son compagnon.

« Plus qu’un changement de personne, ce que nous attendons, ce sont les mesures fortes promises et ces mesures ne doivent pas attendre, car le peuple est fatigué », s'insurge Guy Hervé Kam, coordonnateur du mouvement Sens.

À noter que l'opposition burkinabè annonce des marches éclatées, les samedi 3 et dimanche 4 juillet prochains à travers toutes les régions du BPays des hommes intègres.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus