Zran Rufin (4è adjoint au Maire de Danané): «Ouattara a échoué. Il est forclos »

Zran Rufin (4è adjoint au Maire) tire à boulets rouges sur le maire Ouattara Lacina
Par David Yala
Publié le 21 juillet 2021 à 14:40 | mis à jour le 21 juillet 2021 à 14:40

Entre Dr Ouattara Lacina, Maire de Danané, et Zran Rufin (4è Adjoint), la guerre est désormais enclenchée. A la guerre comme à la guerre, tous les coups sont permis. Engueulades, piques et répliques via les réseaux sociaux, la déliquescence des rapports entre les deux hommes, reste inquiétante.

Crise à la mairie de Danané: Zran Rufin (4è adjoint au Maire) tire à boulets rouges sur le maire Ouattara Lacina

Mr Zran Rufin, récemment, les internautes ont suivi deux directs émanant de vous et du chef Cab, Domy Bernardin. Devons-nous comprendre que la guère est déclarée entre vous ?

Zran Rufin (ZR) : Évidemment ! Il y a toujours le feu en la demeure. Le camp du maire va de faux en faux. Qu'est-ce qui a motivé votre direct ? ZR : Faire un direct répondait à un besoin d'authentifier mes propos. Dans un écrit, on peut supposer que les propos ne sont pas réellement de ZRAN RUFIN ou mal écrits.

Le dernier conseil municipal a brandi une conseillère qui s'est arrogée vos attributions de 4ème adjoint au maire. Qu'en est-il réellement?

ZR : À la vérité, le Maire n'a fait que lui octroyer un pan de son pouvoir en lui donnant droit de signature et de célébration de mariage. Rien de plus. Pourquoi rien de plus ? ZR : Rien de plus parce que je demeure 4ème adjoint au maire.

Avez-vous été informé de la tenue de ce conseil municipal ? Y avez-vous pris part ?

ZR : J'y étais. Un conseil municipal fermé au grand public parce que tenu un mercredi donnait à réfléchir. Avec une salle quasiment vide, j'ai préféré quitter les lieux de peur de m'assimiler à n'importe quoi. Ouattara voudrait une occasion de me salir et même créer un conflit entre DAN et Malinkés. Je n'ai pas voulu prêter le flanc. C'est ma terre. A la vérité, Ouattara est prêt à brûler Danané pour partir.

Quels en sont les indicateurs ?

ZR : La mauvaise gestion de la municipalité est au cœur de notre crise. Avec du recul, vous comprenez que Ouattara n'est pas un père de famille. Il est incapable de régler le minimum. Les rues sont toujours sales et mal éclairées. Le peuple voit ses insuffisances.

Pourtant, vous êtes de cette équipe "Changeons Danané" …

ZR : Changeons Danané était un slogan. Sinon dans la pratique, rien n'a été fait. Le ménage souffre toujours. L'aménagement des espaces verts, a été chiffré à des millions sans qu'on ne voit concrètement un acte à ce coût là...

N’êtes-vous pas entrain de donner raison à Domy Bernardin qui trouve que c’est ta rupture de banc d'avec l'équipe qui vous fait parler ainsi ?

ZR : Je voudrais plutôt que l'on me contrarie. Et puis, qu’a avoir un Chef de Cabinet dans des affaires d'élus ? Je comprends qu'il fait bien son rôle de gros bras, de marionnette du maire. Domy, dans sa nature est un agitateur, quelqu'un qui divise pour régner. Hier, au LMP il l'a fait. Avec les enseignants bénévoles, il l'a fait. C'est dans ses gènes.

Il dira qu'il apporte sa contribution ?

ZR : Non. Que peut-il apporter ? Que peut-il dire à Ouattara quand il dévie ? C'est pas Yoh qui travaille dans sa clinique qui dira que son maître va mal.

Quel est le regard que vous portez sur la mairie sous le règne du Dr Ouattara Lacina ?

ZR : La mairie de Danané a besoin d'une nouvelle gestion. Parce que Ouattara et son entourage restreint, se sont plutôt servis que de servir le peuple.

Comment concrètement ?

ZR : Ils font croire par exemple que la SGBCI s'installe gratuitement à Danané. C'est faux. Depuis l'ère du préfet Diarra Karim, des conventions ont été signées et des millions devaient être versés à la mairie de Danané. Qu'on arrête de mentir au peuple. Je suis un sachant !

Quel est l'avenir politique de ZRAN RUFIN ?

ZR : Dieu décidera de cet avenir politique. Pour l'heure, je préfère me mettre à la disposition de mes parents en combattant tout ce qui pue l'injustice. Certains attribuent mon succès à ma présence aux côtés de KALIFA. Ceux-là se trompent. Avant KALIFA, j’achetais mes voitures. Je suis à ma 48ème voiture aujourd'hui. De quoi parle le texte ?

Croyez-vous intimement que le maire Ouattara puisse avoir un second mandat ?

ZR : (Rire). Ouattara a échoué. Il est forclos. Voilà quelqu'un qui a oublié son passé. Pour l'honneur, un tel échec devait le contraindre à la démission.

Est-ce à dire que vous regrettez votre soutien à Ouattara ?

ZR : Bien sûr ! Je le regrette amèrement. Je le dis haut et fort. Aujourd'hui, j'ai découvert une bande d'arnaqueurs financiers qui ont pris en otage une mairie.

De Cissé Mamadou à Ouattara, ça fera 2 maires non DAN. L'on a parlé de l'échec de Cissé. Qu'est-ce qui vous avait séduit en Ouattara ?

ZR : Le mandat de Cissé était nettement meilleur que maintenant. De plus, Cissé était rassembleur. Il ne décidait pas à la sauvette contrairement à OUATTARA Lacina. Je sortais d'une déception avec l'UDPCI qui a injustement écarté ma candidature et en plus Ouattara est notre allié (…) Il est venu les appauvrir pour aller construire une école, une cité et un gigantesque pâturage à Daloa et à Vavoua. Sinon pourquoi ne pas faire ses investissements à Danané où il est maire ?

Quel message tiendriez-vous à l'endroit de vos parents pour les prochaines élections municipales ?

ZR : Je délivrerai le même message d'union dans la vérité entre enfants de Danané. Ne faisons pas l'amalgame. Nous avons des frères de Danané qui ont pour maman Yacouba. Ceux-là doivent être intégrer. Je veux parler de KALIFA et Diawara de Zoleu. Le futur choix doit être raisonné. Le choix ne doit pas forcément être DAN à 100%.

Monsieur le Maire, un dernier mot…

ZR : Retenons que j'ai été utilisé pour acquérir une victoire à mes propres moyens. Aujourd'hui, tout est mis en œuvre pour m'éjecter. Voilà toute la manigance. Je vous remercie !

Une correspondance de SONY WAGONDA


Afficher les commentaires
Articles les plus lus