Kando Soumahoro (pro-Soro) s'attaque à Bictogo et Mamadou Touré

Kando Soumahoro clashe des cadres du RHDP
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 29 juillet 2021 à 13:44 | mis à jour le 29 juillet 2021 à 14:14

Le vent de la réconciliation semble souffler sur la Côte d'Ivoire à la suite de la rencontre entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo. N'empêche que Kando Soumahoro, proche de Guillaume Soro, réprimande sévèrement de hauts cadres du RHDP.

Kando Soumahoro : « Ne faisons pas comme Bictogo et Touré qui ne cessent d’humilier ADO »

Le camp d'Alassane Ouattara et celui de Guillaume Soro ne sont visiblement pas sur le point de fumer le calumet de la paix. En témoignent les piques que les alliés de la majorité présidentielle d'hier ne cessent de s'envoyer. Kando Soumahoro qui se définit sur son compte Twitter comme Homme politique - Consultant en organisation administrative - ancien député - ancien militaire - Aimable et réactionnaire - Ambassadeur de paix universelle, vient de lancer un tweet on ne peut plus incisif contre Adama Bictogo, Directeur exécutif du Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), ainsi que le ministre Mamadou Touré, porte-parole adjoint du parti présidentiel.

« Ne copions pas les autres chers dignes membres de la Sorosphères. Sachons nous humilier pour la protection de notre plus petit dénominateur commun, GKS, sans le compromettre ni l’humilier », a tweeté le proche de l'ancien Président de l'Assemblée nationale, Guillaume Soro. Avant d'ajouter : « Ne faisons pas comme Bictogo et Touré qui ne cessent d’humilier ADO par des propos insensés. » Que réproche l'ancien Député RDR à ses anciens camarades de parti ? Lui seul pourrait donner, en notre sens, les raisons de ses récriminations contre les deux proches collaborateurs du Président Ouattara.

À noter que Guillaume Soro a été contraint de quitter le tabouret du perchoir du Parlement ivoirien pour avoir refusé d'adhérer au parti d'Alassane Ouattara, le RHDP. Et depuis, les relations se sont effritées entre pro-Ouattara et pro-Soro. L'exil de l'ancien député de Ferkessédougou et sa condamnation par la justice ivoirienne, à de lourdes peines de prison, avec certains de ses compagnons de Générations et peuples solidaires (GPS), a davantage creusé le fossé entre les deux camps.

Toutefois, les retrouvailles entre Alassane Ouattara et Laurent Gbagbo, mardi dernier, et l'implication prochaine d'autres acteurs politiques à leur concertation à venir, augurent d'un lendemain meilleur quant à la réconciliation nationale tant souhaitée pour les Ivoiriens.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus