Litige maritime: Le Togo et le Ghana poursuivent les négociations

différend frontalier maritime entre le Togo et le Ghana
Par Eugène SAHI
Publié le 03 août 2021 à 09:50 | mis à jour le 03 août 2021 à 09:50

Huitième round de négociation entre le Togo et le Ghana pour la délimitation de leurs frontières maritimes communes, à Lomé, au Togo.

8ème consultation pour un tracé définitif sur un différend frontalier maritime entre le Togo et le Ghana

Un différend frontalier maritime oppose depuis plus d'un demi-siècle le Ghana et le Togo. Les deux pays ont antamé mercredi la 8e session des négociations pour une solution durable pour la frontière maritime. La commission technique de délimitation de la frontière maritime entre les deux pays compte entériner les propositions durables pour la démarcation de la ligne de la frontière.

A Lomé, les autorités togolaises souhaitent que les négociations permettent de parvenir à une solution définitive. En effet, le Togo souhaite un tracé définitif et non provisoire des frontières maritimes avec le Togo.

Les travaux lancés par le ministre de l’Economie maritime, doivent permettre de consolider les avancées enregistrées lors des deux dernières rencontres. L’ambition pour les négociateurs est de parvenir à des résultats tangibles, d’ici novembre, et avancer sereinement vers une délimitation définitive.

“Le processus de délimitation négociée que nos deux pays ont engagé est un rendez-vous de l’histoire et un défi à relever”, a affirmé Edem Kokou Tengue. Pour M. Baba, la position du pays est d’éviter « des arrangements provisoires ». Il explique que dans des négociations comme celles-ci, le provisoire peut devenir définitif ». Ainsi, le ministre Baba pense qu’il ne faut pas tomber dans ce piège.

Selon le ministre-conseiller pour la mer de Faure Gnassingbé, ce qui importe, est d’examiner la ligne ghanéenne. Le Togo devra réagir durant les travaux en vue de faire une contre-proposition tendant à une solution juste et équitable.

Pour rappel, Lomé et Accra sont opposés depuis plus d’un demi-siècle sur cette imprécision maritime, héritée de l’époque coloniale. Les deux pays, avec des liens historiques forts, ont toujours privilégié la voie du règlement à l’amiable, dans le respect du droit international.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus