Pour sa succession au FPI, « c'est Affi que Gbagbo avait préparé »

Laurent Gbagbo et Pascal Affi N'Guessan
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 04 août 2021 à 11:10 | mis à jour le 04 août 2021 à 11:36

La bataille fait rage entre Laurent Gbagbo et Pascal Affi N'Guessan pour le contrôle du Front populaire ivoirien (FPI). Justin Koné Katinan, proche des deux têtes fortes du parti à la rose, conseille au président statutaire de faire profil bas face au fondateur du parti.

Justin Koné Katinan à propos d' Affi N'Guessan : « Son avenir va s’éloigner de lui »

Ayant perdu le pouvoir d'État à la suite de la crise postélectorale de 2010-2011, le Front populaire ivoirien (FPI) s'est cassé en deux branches : la tendance radicale dite « Gbagbo ou rien (GOR) », dont le leader est Laurent Gbagbo, et celle modérée dirigée par Pascal Affi N'Guessan.

La lutte fratricide qui s'est engagée entre les frères ennemis, s'est terminée devant la justice ivoirienne qui a tranché en faveur du Député de Bongouanou. Ce bras de fer contribue à renforcer la fracture entre les deux FPI.

Justin Koné Katinan a jugé bon de prodiguer des conseils à son « ami » Affi N'Guessan. Lors des échanges avec le Collectif des enseignants membres du FPI (CEFPI), le 30 juillet dernier, le porte-parole de Laurent Gbagbo a fait cette révélation non négligeable à propos de la succession au sein du parti : « Dans la réalité, c’est lui que le président Laurent Gbagbo avait préparé. C’est bien lui Affi».

Cependant, regrette l'ancien ministre du Budget du gouvernement Aké N'Gbo, la posture adoptée par l'ancien chef du gouvernement des refondateurs n'est pas de nature à faciliter la réunification du parti, le Front populaire ivoirien (FPI). « Mon souhait est qu’il vienne voir le président sans condition », a conseillé Katinan. Car, poursuit-il : « Gbagbo n’a rien contre Affi N’Guessan. »

« Nous qui sommes ses amis, parlons-lui. Affi N’Guessan n’a pas perdu son avenir. Il a la possibilité de repartir. Mais, tant qu’il va rester dans cette posture, son avenir va s’éloigner de lui. (…) Qu’il vienne voir son papa, lui dire que “président, je me suis trompé, voilà la chose (le parti. Ndlr). J’ai essayé de faire ce que je pouvais, je n’ai pas pu. Tu es maintenant là, voici la machine politique. Vois comment on peut la mettre en marche. Je suis à ta disposition », a martelé Justin Koné Katinan.

À noter que Pascal Affi N'Guessan était le directeur de cabinet de l'opposant Laurent Gbagbo, avant de devenir son Premier ministre dès son accession au pouvoir. Affi a par ailleurs succédé à Gbagbo à la tête du Front populaire ivoirien (FPI) lors du Congrès de 2001. Parcours politique qui pourrait bien confirmer les propos de Katinan. Mais les choses sont visiblement loin de cette donne eu égard à l'atmosphère qui règne au sein du parti des socialistes ivoiriens.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus