FPI : Au coeur du combat de leadership entre Gbagbo et Affi N'Guessan

FPI : Guerre ouverte entre Laurent Gbagbo et Affi N'Guessan, Simone Gbagbo à l'affût
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 05 août 2021 à 11:31 | mis à jour le 05 août 2021 à 12:02

La guerre pour le contrôle du Front populaire ivoirien (FPI) est désormais ouverte entre Laurent Gbagbo et Pascal Affi N'Guessan. L'ancien président ivoirien et son Premier ministre manoeuvre, chacun de son côté, pour sa propre chapelle.

FPI : Guerre ouverte entre Laurent Gbagbo et Affi N'Guessan

À l'épreuve de sa perte de pouvoir, le parti à la rose a en effet été cassé en deux branches, dont la tendance modérée dirigée par Pascal Affi N'Guessan, et celle plus radicale dite GOR (Gbagbo ou rien). De retour en Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo tente tant bien que mal de reprendre le contrôle du parti qu'il a fondé, le Front populaire ivoirien (FPI). Mais les choses ne sont pas aussi simples, car l'ancien Premier ministre estime qu'il est le représentant légal du parti.

C'est dans cette atmosphère que l'ancien pensionnaire du pénitencier de Scheveningen a convoqué les instances du FPI à un Comité central extraordinaire, le lundi 9 août 2021. Il n'en fallait pas plus pour soulever le courroux du FPI pro-Affi. « Laurent Gbagbo n'est pas habilité à convoquer les cadres du parti », a rétorqué Issiaka Sangaré, Secrétaire général et port-parole du FPI "légal". « Prendre une telle décision, c'est du mépris, de la provocation. On aurait pu échanger sur les questions profondes liées à la vie du parti, parler de son avenir et se donner les meilleures chances. Pourquoi éviter le dialogue et aller dans cette voie ? C'est à notre sens improductif », ajoute-t-il, indigné. Avant de dénoncer un « passage en force » de l'autre camp et « le culte de la personnalité et l'autocratie » qui est, selon lui, le « chemin vers la dictature ».

D'ailleurs, Pascal Affi N’Guessan convoque sa propre réunion avec les cadres de son parti, les 11, 12 et 14 août 2021. Contrairement à ce que lui avait conseillé Justin Koné Katinan, porte-parole de Laurent Gbagbo, qui l'appelait à venir « voir le président (Gbagbo) sans condition... et lui dire "président, je me suis trompé, voilà la chose (le parti. Ndlr). J’ai essayé de faire ce que je pouvais, je n’ai pas pu. Tu es maintenant là, voici la machine politique. Vois comment on peut la mettre en marche. Je suis à ta disposition. »


Dans cette bataille de positionnement entre Laurent Gbagbo et pascal Affi N'Guessan pour le contrôle du FPI, le Sociologue Séverin Kouamé indique que Simone Gbagbo, qui n'a pas encore dit son dernier mot, est à l'affût.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus