Un policier rackette 500 F CFA, Ange Kessi l'envoie en prison

Un policier rackette 500 F CFA, Ange Kessi l'envoie en prison
Par K. Richard Kouassi
Publié le 01 septembre 2021 à 17:05 | mis à jour le 01 septembre 2021 à 17:21

Ange Kessi est déterminé à éradiquer le racket du rang des forces de l'ordre. Le procureur du gouvernement vient de jeter en prison un sergent de police qui s'est rendu coupable de racket portant sur la somme de 500 francs CFA. Les faits se sont déroulés récemment dans la commune de Yopougon, a-t-on appris auprès du Tribunal militaire d'Abidjan.

Ange Kessi jette un policier en prison pour racket

Le sergent de police répondant aux initiales K.D est dans de beaux draps. En effet, ce policier est tombé dans les mailles du filet de l'Unité de lutte contre le racket (ULCR). Il croupit actuellement derrière les barreaux de la Maison d'arrêt militaire d'Abidjan (MAMA). Pour en revenir aux faits, K.S, un sergent-chef en service au sein de l'unité chargée de lutter contre le racket patrouille tranquillement avec son équipe dans la commune populaire de Yopougon. Une fois au niveau d'un poste de police, il constate que plusieurs véhicules sont stationnés devant un poste de police. Le sergent-chef décide de garer sa voiture de service à quelques pas du poste de police.

La suite des évènements va permettre au fonctionnaire de l'ULCR de découvrir une scène n'honorant pas les forces de l'ordre. Un véhicule de type bâché se présente, le sergent de police K.D demande au chauffeur de s'immobiliser pour un contrôle de routine. Notre source indique que sans perdre de temps, l'apprenti descend de la voiture et remet les pièces du véhicule à l'agent de police. Cependant, le jeune homme prend le soin d'y glisser un billet de 500 francs CFA. Le sergent K.S suit toute la scène depuis sa position. Il décide de prendre des nouvelles.

Surpris, le sergent K.D confie qu'il n'a rien demandé au jeune apprenti. Cependant, l'agent de l'Unité de lutte contre le racket ne veut rien entendre et transmet le dossier au contre-amiral Ange Kessi devant le Tribunal militaire d'Abidjan. Le policier mis en cause a finalement été déféré à la Maison d'arrêt militaire d'Abidjan. Il lui est reproché des faits d'extorsion de fonds et violation de consignes.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus