11 septembre : Le jour où Ben Laden, Al-Qaida et les États-Unis ont osé

les attentats du 11 septembre
Par Eugène SAHI
Publié le 11 septembre 2021 à 14:01 | mis à jour le 11 septembre 2021 à 14:02

Le 11 septembre 2001, Oussama Ben Laden et Al-Qaïda frappaient les Etats-Unis au cœur. Vingt ans après, l’Amérique pleure ses morts, les Afghans souffrent et les talibans règnent.

Genèse des attentats du 11 Septembre: vingt ans de fuite en avant

Ce fut le choc planétaire. Il y a vingt ans, le matin du 11 septembre 2001 sur la côte est des États-Unis, quatre avions de ligne sont détournés quasi simultanément, transformés en bombes volantes par 19 pirates de l’air. Pour la seconde fois de leur histoire, les États-Unis sont frappés sur leur territoire, dévoilant une vulnérabilité dont ils n’avaient pas conscience.

En moins de deux heures, les symboles de la première puissance mondiale, sont attaqués, faisant près de 3 000 victimes et des milliers de blessés. Ces attentats, les plus meurtriers de l’Histoire moderne, laissent le monde entier sous le choc et marquent le point de rupture qui a fait basculer le monde dans le XXIe siècle.

Aux commandes de la superpuissance américaine au moment des faits, Georges Bush répond par une surenchère sécuritaire et militaire en Irak et en Afghanistan au mépris de ses principes démocratiques.

Le 11 Septembre est ainsi une page d’Histoire. Et, corollaire des attentats, la montée en puissance du terrorisme est devenue une notion qui ne semble plus ni inquiéter ni préoccuper la génération du XXIe siècle.

Au moment de commémorer, à New York, au Pentagone et en Pennsylvanie, le vingtième anniversaire des attentats, Joe Biden aura sans doute une pensée, un mot, une prière peut-être, pour les filles et les femmes afghanes de retour sous le joug obscurantiste. Cela ne leur sera d’aucun réconfort et l’essentiel, pour le démocrate, se trouve de toute façon ailleurs.

Comme Barack Obama et Donald Trump avant lui, il voulait tourner la page, celle de la guerre la plus longue de l’histoire des Etats-Unis. Celle, aussi, de l’exorbitante «guerre contre la terreur» lancée par George W. Bush en 2001. Biden l’avait promis, il n’a pas tergiversé. Et ce samedi, il tentera de se poser en président d’un peuple uni par la mémoire et le deuil, à défaut de l’être par autre chose.

Les tours jumelles du World Trade Center en feu

Pour les Américains, les souvenirs des attentats du 11 Septembre demeurent intacts, aussi indélébiles que la blessure elle-même, la pire jamais infligée à leur pays par un groupe terroriste. Où étaient-ils ? Que faisaient-ils lorsqu’ils ont appris la nouvelle puis découvert en direct, sidérés et impuissants, prostrés ou – déjà – enragés, les images du World Trade Center en feu, les stigmates des Boeing 767 dans ses façades de verre, la fumée noire fendant le ciel bleu immaculé de Manhattan puis l’effondrement impensable des deux tours, à vingt-neuf minutes d’intervalle ?

On est en pleine guerre froide et face à l’expansionnisme de l’Union soviétique, les pays occidentaux, menés par les États-Unis, organisent le soutien aux moudjahidines, les combattants de la résistance afghane, à travers l’envoi d’armes et de financements notamment pour l’entraînement au combat. La participation financière de l’Arabie saoudite varierait, selon les sources, du simple au triple par rapport au budget alloué par le Congrès américain à cette opération.

La CIA, qui centralise les opérations, passe par le biais de l’Inter-Services Intelligence (ISI), les services secrets pakistanais basés à Peshawar, pour redistribuer les armes et les fonds aux différents chefs rebelles. C’est également l’ISI qui se charge exclusivement de l’entraînement des combattants, aucun Américain ne doit être présent sur le terrain.

À la même époque, on assiste à l’arrivée de volontaires étrangers venus de l’ensemble du monde arabo-musulman porter soutien aux moudjahidines afghans au nom du jihad. Parmi eux trois hommes, Abdullah Azzam, Ayman Al-Zawahiri et Oussama ben Laden qui fondent en 1984 le Maktab al-Khadamat (MAK), le Bureau des services, ou le Bureau afghan, pour collecter des fonds auprès de leurs réseaux dans les pays arabes et occidentaux dans le but de recruter et d’assurer la formation militaire et idéologique des combattants volontaires étrangers.

Abdullah Azzam, d’origine palestinienne, a tissé un solide réseau de relations dans le mouvement islamiste des Frères musulmans après avoir étudié au Caire en Égypte. Charismatique, il est l’homme clé de la politique de recrutement du MAK, décrit par les islamistes radicaux comme « l’imam du jihad » pour son rôle dans le développement du « mouvement de jihad mondial ».

L’Égyptien Ayman Al-Zawahiri, un chirurgien de formation à la tête du Jihad islamique égyptien, arrive en Afghanistan pour « poursuivre la guerre sainte contre les États-Unis et les chasser de la terre des musulmans », après avoir passé trois ans dans les geôles égyptiennes, accusé d’avoir été impliqué dans l’assassinat du président égyptien Anouar el-Sadate en 1981.

Et Oussama ben Laden, arrivé en Afghanistan pour prêter main forte à ses frères moudjahidines. Fils du fondateur de la plus importante entreprise de BTP saoudienne, il fut chargé par le Prince saoudien Turki al-Fayçal de recruter et d’installer les combattants volontaires saoudiens au Pakistan, près de la frontière avec l’Afghanistan. Sous l’influence de son mentor Abdullah Azzam, Ben Laden se radicalise davantage.

Grâce à son réseau international, le MAK établit des antennes de recrutement et de collectes de fonds dans les pays occidentaux, lesquelles opèrent sous le statut d'ONG pour aider la cause moudjahidine en Afghanistan. À l’époque de la guerre froide, l’ennemi était soviétique. C’est ainsi que Mustapha Chalabi, un proche d’Abdullah Azzam, installe le Centre de réfugiés Al-Kifah dans la mosquée Al-Farooq à Brooklyn, et en fait un point de recrutement qui se révélera être un poste clé de l’action terroriste pour les dix ans à venir.

Chronologie de la plus importante attaque terroriste de l'histoire

Il est 8h46 à New York ce 11 septembre 2001 quand un Boeing 767 du vol American Airlines 11 percute la tour Nord du World Trade Center à près de 800 km/h, avec 92 personnes à son bord, dont cinq terroristes. Le choc de l’impact sur fond de ciel bleu est assourdissant. En ce mardi matin, beaucoup de New-Yorkais sont déjà au travail et sur les trottoirs, stupeur et panique marquent les visages. Les yeux sont rivés vers la tour Nord d’où s’échappent des flammes et d’épaisses fumées dues à l’explosion. Tout s’est passé trop vite. On croit d’abord à un accident.

Dix-sept minutes plus tard, à 9h03, alors que plusieurs chaines de télévision retransmettent déjà l’évènement, le monde entier voit, en direct, le vol 175 d’United Airlines qui s’encastre dans la tour Sud. 65 personnes à bord, dont cinq pirates de l’air. Alors que le feu ravage les étages supérieurs des deux tours, Andrew Card, le chef de cabinet de la Maison Blanche, informe le président George W. Bush : « Un deuxième avion a frappé l’autre tour et l’Amérique est attaquée. »

Mais à 9h37 en Virginie, un troisième avion, le vol 77 d’American Airlines, percute la façade ouest du Pentagone, le quartier général du ministère américain de la Défense, avec 64 personnes à son bord, dont cinq kamikazes.

À 9h59, la tour Sud du World Trade Center (WTC) s’effondre sur elle-même, dans un déluge de poussières et de débris, 55 minutes après l’impact de l’avion.

Le quatrième avion, le vol 93 d’United Airlines, s’écrase à 10h03 dans un champ près de Pittsburg en Pennsylvanie, avec 44 personnes à son bord, dont quatre terroristes. Les passagers du vol se seraient battus avec les pirates de l’air après avoir été informés du drame sur leur téléphone portable. On estime que ce vol, initialement en route vers Washington, avait pour objectif d’attaquer le Capitole.

À 10h28, c’est la tour Nord du WTC qui s’effondre dans un nouveau déluge de gravats et de poussière, 102 minutes après l’impact du vol 11 d’American Airlines. Des centaines de personnes, qui n’ont pas pu être évacuées, ainsi que des sauveteurs montés dans les étages, meurent ensevelis sous les décombres.

L’effondrement des tours cause également d’importants dégâts sur les bâtiments avoisinants, comme la tour n°7 du WTC qui s’effondre à 17h20. Les secours, venus de toutes parts, tentent d’aider les survivants alors que Manhattan est recouverte d’un gigantesque nuage de fumée noire.

Ces quatre attaques, menées en moins de deux heures, ont fait 2 977 victimes, dont 441 secouristes de la ville de New York. Plus de 6 000 personnes sont blessées et certaines développeront des maladies liées aux attaques, notamment à cause de l’atmosphère saturée de particules toxiques qui a persisté pendant plusieurs semaines après les attentats.

Il faudra plus de trois mois qui ont suivi les attentas du 11 septembre pour éteindre l’énorme brasier de débris et nettoyer le site. Le chantier, qui coûtera des centaines de millions de dollars, durera jusqu’en 2007 tandis que celui de la construction du One World Trade Center et du Mémorial du 11-Septembre, situé à l’emplacement des tours jumelles, a déjà commencé.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus