Agboville : Les élèves invités à recourir aux méthodes contraceptives

Des élèves du CET d’ Agboville sensibilisés sur la santé sexuelle et reproductive
Par David Yala
Publié le 14 octobre 2021 à 11:16 | mis à jour le 14 octobre 2021 à 11:16

Dans le cadre de la Journée de sensibilisation sur la scolarisation de la jeune fille et les droits de la femme et la santé sexuelle, la direction régionale de la Femme, de la Famille et de l’Enfant a initié le mercredi 13 octobre 2021, au sein du collège d’enseignement technique d’ Agboville(CETA), une séance de sensibilisation sur l’autonomisation des femmes, à l’intention des élèves de cet établissement.

Autonomisation des femmes : Des élèves du CET d’ Agboville sensibilisés sur la santé sexuelle et reproductive

« Aujourd’hui, la santé de la reproduction sexuelle constitue un pan de nos soucis. Nous avons des jeunes filles qui sont obligées de rompre leurs études parce qu’elles sont handicapées par une grossesse. Beaucoup aussi ne connaissent pas leurs droits ou obligations… Je vous invite à être attentives pour que d’ici à la fin de votre séjour au CETA, vous soyez des femmes modèles, autonomes, dynamiques dans la vie », a indiqué Paulin Mathurin Djégnon, directeur régional de la Femme, de la Famille et de l’Enfant de l’Agnéby-Tiassa, à l’ouverture de la session. C’est près d’une centaine d’apprenants qui ont pris part à cette activité qui s’inscrit dans le cadre de la Journée de sensibilisation sur la scolarisation de la jeune fille et les droits de la femme et la santé sexuelle.

Susciter en eux l’intérêt d’utiliser les méthodes contraceptives afin d’éviter les grossesses en milieu scolaire, est l’objectif. Les droits des femmes, la santé sexuelle et reproductive et la scolarisation de la jeune fille, sont entre autres, les modules qui ont meublé l’activité. Pour l’année scolaire 2020-2021, le CETA a enregistré plus de 20 cas de grossesses. C’est pourquoi, Krou Felix, l’un des formateurs a exhorté les élèves, à l’utilisation de contraceptifs avant et pendant les rapports sexuels. « Nous leur avons demandé d’avoir recours aux méthodes contraceptives afin de limiter les grossesses précoces et non désirées. Ce qui leur permettra de poursuivre aisément leur cursus scolaire et d’obtenir de bons résultats », a-t-il rappelé.

Pour le travailleur social, la santé sexuelle et reproductive est l’état de bien-être total sur le plan physique, mental et social relativement à tous les aspects du système reproductif. « Les avantages de la contraception se situent à 2 niveaux. Chez les élèves, elle permet de mener une sexualité saine, de faire un bon cursus scolaire. Par ailleurs, elle permet de contribuer à la stabilité sociale, à la réduction de la pauvreté et à la réalisation d’économies au sein des familles », a exposé le formateur. Pour rappel, c’est le dimanche 26 septembre dernier, que s’est tenue à Agboville, la 6e édition de la Journée mondiale de la contraception couplée au lancement de la gratuité de la planification familiale en Côte d’Ivoire.

Tizié TO Bi

Correspondant régional


Afficher les commentaires
Articles les plus lus