Présidentielle en France : L'ultimatum de Jean-Luc Mélenchon à Macron

Jean-Luc Mélenchon lance « la journée du refus de la misère »
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 17 octobre 2021 à 15:05 | mis à jour le 17 octobre 2021 à 15:05

Jean-Luc Mélenchon est déterminé à évincer Emmanuel Macron du palais de l'Élysée lors de la prochaine présidentielle française. Le candidat de l'Union populaire l'a exprimé, ce samedi 16 octobre 2021, à la convention de l’Union populaire tenue à Reims.

Jean-Luc Mélenchon lance « la journée du refus de la misère »

Pour Jean-Luc Mélenchon, l'heure est arrivée de congédier Emmanuel Macron de la Présidence française. Le leader de la France insoumise indique en effet que le président français est arrivé au pouvoir par « effraction » et il voudrait y rester pas « dissimulation », quoi qu'il n'ait pas encore annoncé sa candidature à la présidentielle d'avril prochain.

Mais avant l'officialisation de cette candidature, Mélenchon estime que Macron se devrait de sacrifier à un devoir qui s'impose à tous les sortants : « Faire le bilan de ce qu'il a fait et de ce qu'il n'a fait. » Mais, comme « il ne le fera pas lui-même, je vais le faire pour lui », a annoncé le candidat de l'Union populaire.

« Pendant 5 ans, on a perdu du temps. Monsieur Macron s'est occupé des riches et pas des autres. Il est temps que ça change », a-t-il lancé dans un tweet, avant de faire ses propositions : « Dans l'immédiat, il faut bloquer les prix de l'électricité, du gaz et de l'essence. Et également augmenter les salaires. Si ce n'est pas fait d'ici avril, je le ferai quand j'arriverai au pouvoir en avril 2022. »

Puis, il ajoute : « L'ISF, en 4 ans ça vous aurait donné : 300 000 logements sociaux, 280 000 places de crèche, la paye de 60 000 enseignants, et le fonctionnement de 50 hôpitaux ! La France n'a pas les moyens d'avoir de tels riches. On est capable de trouver des riches qui coûtent moins cher. »

« C'est la journée du refus de la misère. 26 personnes possèdent autant que 50% de tout le reste de l'humanité. Non seulement le capitalisme détruit la nature et les êtres humains, mais il est incapable de se corriger, car même quand il déclenche des catastrophes, il s'enrichit », s'est-il offusqué.

Avant de faire remarquer que « la pauvreté n’est pas la marge du système, c’est son cœur. C’est le résultat du système lui-même. C’est le futur promis à la masse de la population, car tout le système est organisé pour faire un grand ramassage du ruissellement du bas vers le haut ».

En pareille circonstance, il faudra changer le système en congédiant ceux qui ont les rênes du pouvoir. Pour y parvenir, Jean-Luc Mélenchon a un seul mot d'ordre à l'égard de ses proches : « Ne vous laissez pas impressionner par les sondages. Dites vous que nous n’avons qu’une seule chose à faire, qui est notre responsabilité individuelle et collective, aller chercher les nôtres à la maison pour qu’ils viennent voter. Car s’ils votent, on a gagné. »

Et de reprendre cette citation de Jean Jaurès pour chauffer à blanc ses partisans : « Ceux que la mode nous a donnés, la mode nous les a repris. Je demande à tous ceux qui prennent au sérieux la vie : qu’allez-vous faire de vos cœurs ? Qu’allez-vous faire de vos 20 ans ? »


Afficher les commentaires
Articles les plus lus