Simone Gbagbo : "Une femme peut devenir chef d'Etat"

Simone Gbagbo :
Par K. Richard Kouassi
Publié le 24 octobre 2021 à 17:35 | mis à jour le 24 octobre 2021 à 20:02

Ce n'est plus le grand amour entre Simone Gbagbo et Laurent Gbagbo. L'ancien président ivoirien a demandé le divorce dès son retour en Côte d'Ivoire en juin 2021. Cependant, l'ex-Première dame estime qu'elle est victime d'ingratitude.

Simone Gbagbo, victime d'ingratitude ?

Simone Gbagbo n'était pas au congrès constitutif du PPA-CI (Parti des peuples africains) de Laurent Gbagbo. Il faut dire que l'absence de l'ancienne Première dame de Côte d'Ivoire n'a pas surpris d'autant plus que les relations entre ces deux monstres de la politique sont tendues depuis un moment.

En effet, Laurent Gbagbo, acquitté par la CPI (Cour pénale internationale), est rentré à Abidjan le 23 juin 2021. A l'arrivée du fondateur du FPI (Front populaire ivoirien), une scène entre lui et son épouse a fait couler beaucoup d'encre et de salive. Dans la foulée, l'ancien chef d'Etat a demandé le divorce.

Avant le congrès constitutif du PPA-CI, Simone Gbagbo s'est envolée pour la République démocratique du Congo (RDC). "Madame Simone Ehivet Gbagbo effectue un voyage en République démocratique du Congo, ce samedi 16 octobre 2021. Elle s'y rend pour répondre à l'invitation de la Fondation Olangi-Wosho (FOW), en tant que conférencière à la célébration des 30 ans d'existence du Ministère Chrétien du Combat Spirituel (MCCS).

Profitant de sa présence en RDC, Simone Gbagbo a réglé ses comptes."J'ai traversé des épreuves qui sont très fortes, mais j'ai eu la grâce d'être guérie par Dieu. Quand le problème de divorce s'est présenté, j'avais suffisamment d'énergie en moi pour également faire face", a-t-elle déclaré.

"Je pense que la femme a des choses à apporter en politique et en Afrique, une femme peut devenir chef d'Etat. Je reste convaincue qu'une femme doit faire de la politique parce que si les femmes ne font pas la politique, la société, elle va reculer", a soutenu Simone Gbagbo.

Simone Ehivet est revenue sur son arrestation le 11 avril 2011. "Au moment de mon arrestation, j'ai été agressée comme ce n'est pas permis. Mon mari, lui au contraire, ils sont venus, ils l'ont protégé, lui qui était le chef de l'Etat. Parce-que je suis une femme, ils m'ont battue", a-t-elle raconté .


Afficher les commentaires
Articles les plus lus