Affaire Michel Gbagbo : Guillaume Soro convoqué par la juge Sabine Khéris

Guillaume Soro comparaît ce mercredi 24 novembre, devant la justice française
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 24 novembre 2021 à 10:52 | mis à jour le 24 novembre 2021 à 10:53

Sabine Khéris n'en a pas encore fini avec Guillaume Soro. L'ancien chef rebelle vient d'être convoqué à nouveau par la juge française dans l'affaire de séquestration de Michel Gbagbo.

Guillaume Soro comparaît, ce mercredi 24 novembre, devant la justice française

Michel Gbagbo avait déposé une plainte, en juin 2012, devant la justice française contre Guillaume Soro et dix anciens comzones (Commandants de zones) pour « enlèvement, séquestration, traitement inhumain et dégradant ».

Sabine Khéris, la juge d’instruction parisienne en charge du dossier, avait alors convoqué Soro Kigbafori Guillaume en qualité de témoin assisté. Mais celui-ci n'ayant pas répondu à la convocation, la juge française avait tenté de l’interpeller à l’occasion d’un de ses voyages à Paris, en décembre 2015.

Soro Guillame avait donc déposé une plainte contre Michel Gbagbo pour « dénonciations calomnieuses ». Cette plainte a cependant été classée sans suite.

Le célèbre avatar Chris Yapi vient de révéler, sur son compte Twitter, un rebondissement dans l'affaire Michel Gbagbo contre Guillaume Soro. Dans un document attribué à la juge Sabine Khéris que le cyberactiviste a publié sur les réseaux sociaux, en prenant le soin de masquer la date d’émission, l’on peut lire : « Je vous convoque pour procéder à votre première comparution, dans une information ouverte pour arrestation, enlèvement, séquestration ou détention arbitraire suivis d’une libération avant le 7e jour. » Avant d’ajouter : « Je vous invite à vous présenter le 24 novembre2021 à 15:00 à mon Cabinet Bureau I 13-31 - Ascenceur IGH-SUD au tribunal judiciaire de Paris - Parvis du Tribunal de Paris ».

À noter que l'ancien Président de l'Assemblée nationale vit en exil en Europe depuis son retour manqué en Côte d'Ivoire, en décembre 2019. La justice ivoirienne lui a déjà infligé une double condamnation de 20 ans de prison et de la prison à vie, respectivement pour « recel de détournement de deniers publics » et « tentative de déstabilisation » .


Afficher les commentaires
Articles les plus lus