France : La candidature d'Éric Zemmour fait bouger le pays

France : La candidature d'Éric Zemmour fait bouger le pays
Par K. Richard Kouassi
Publié le 01 décembre 2021 à 15:15 | mis à jour le 01 décembre 2021 à 15:16

L'annonce de la candidature d'Éric Zemmour à l'élection présidentielle en France a eu l'effet d'une bombe dans le pays. Des figures politiques n'ont pas tardé à réagir à la volonté du journaliste et écrivain de briguer la magistrature suprême.

Marine Le Pen juge la candidature d'Éric Zemmour de "passéiste" et "crépusculaire"

Mardi 30 novembre 2021, la candidature d'Éric Zemmour a été annoncée par le concerné en personne à travers une vidéo publiée sur sa chaine YouTube. Le polémiste a ouvertement déclaré qu'il s'engage à donner à la France son passé glorieux. "Le temps presse, il n'est plus temps de réformer de la France, il est temps de la sauver. C'est pourquoi j'ai décidé de me présenter à l'élection présidentielle", a déclaré l'essayiste français.

Éric Zemmour a laissé entendre qu'il s'est trop contenté de jouer le rôle de journaliste, de Cassandre. "Je pensais qu'un homme politique allait s'en emparer, mais je n'ai plus confiance. J'ai décidé de prendre notre destin en main", s'est-il empressé de dire. Il a également constaté que la France, "le pays de Bonaparte et du général de Gaulle" est en train de disparaitre.

À en croire le discours, la candidature d'Éric Zemmour est pour les Français "méprisés par les puissants, les élites, les bien-pensants, les journalistes, les politiciens, les universitaires, les sociologues, les syndicalistes, les autorités religieuses".

Les réactions à la candidature d'Éric Zemmour ont très vite fusé. Marine Le Pen a attaqué le candidat à la succession d'Emmanuel Macron en jugeant sur BFM TV que sa candidature est "passéiste" et crépusculaire". Pour Sébastien Chenu, le porte-parole du Rassemblement national, il s'agit tout simplement d'une "mise en scène lugubre". Il estime que le discours du journaliste français n'est "pas porteur d'espoir".

Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste (PS), n'est pas resté en marge. Dans un tweet, il a démonté le discours d'Éric Zemmour. "Le micro de De Gaulle, mais le discours de Pétain. La bibliothèque de Pompidou, mais les lettres de [l’auteur d’extrême droite] Renaud Camus. La musique de Beethoven, mais les fausses notes d’un passé fantasmé pour un présent caricaturé. La France ne mérite pas cette sinistre mise en scène", a-t-il écrit.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus