Opération Maliko : Le Col-maj Félix Diallo sur le théâtre des opérations

Félix Diallo s'imprègne des conditions de travail et de vie des militaires
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 08 décembre 2021 à 17:18 | mis à jour le 08 décembre 2021 à 17:18

Le Colonel-Major Félix Diallo a entamé une visite de terrain d'une semaine dans le cadre de l'opération Maliko. Le patron de l'Armée de Terre a démarré cette visite, le mardi 7 décembre, dans le secteur-4, où il fut accueilli avec ferveur par ses hommes.

Félix Diallo s'imprègne des conditions de travail et de vie des militaires

Les autorités de la transition maliennes sont déterminées à se donner les moyens nécessaires pour assurer la sécurité de leur pays. Et pour y parvenir, aucune solution n'est exclue d'office, quoique l'affaire Wagner avait suscité des brouilles entre Paris et Bamako. Mais en attendant de trouver une issue à cette situation, les hauts dignitaires des Forces armées maliennes (FAMa) ont décidé d'être au plus près de leurs hommes afin de les booster davantage dans leur mission régalienne se sécuriser le vaste territoire malien.

Le Colonel-major Félix Diallo est en effet en descendu sur le théâtre des opérations pour « s’enquérir des conditions de travail et de vie des hommes, mais aussi, et surtout de s’entretenir avec le commandement sur la situation sécuritaire qui prévaut au centre du pays en vue d’apporter des solutions idoines », selon des sources proches de l'armée malienne.

Mardi 7 décembre 2021, c'est le secteur-4 de l’opération Maliko qui a accueilli le chef d’état-major de l’Armée de Terre. Cette visite est d'autant plus opportune que l'insécurité est de plus en plus grandissante au centre du pays. L'axe routier Sevaré-Bankass-Koro étant devenu un véritable calvaire pour les populations qui ne savent plus à quel sain se vouer.

L’insécurité au centre est l’une des grandes préoccupations du gouvernement de la Transition et de la hiérarchie militaire. Il faut reconnaitre que l’axe routier Sevaré-Bankass-Koro est devenu aujourd’hui un véritable calvaire pour les paisibles populations, avec une multiplication, ces derniers mois, d'attaques perpétrées par des groupes armés.

Cette visite de terrain du patron de l'Armée de Terre pourrait également s'être inspiré de la malheureuse expérience burkinabè, où 53 gendarmes ont péri dans une attaque à Inata, dans la province du Soum, alors qu'ils étaient en rupture de provision et qu'ils attendaient depuis deux mois, leurs relèves.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus