Endeuillé, Laurent Gbagbo s'est envolé pour le Ghana, ce mercredi

Laurent Gbagbo pleure Kojo Tsikata, son ami ghanéen
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 08 décembre 2021 à 18:14 | mis à jour le 08 décembre 2021 à 18:31

Laurent Gbagbo s’est envolé pour Accra, au Ghana, ce mercredi 8 décembre 2021. L’ancien président ivoirien y a perdu un très proche ami.

Laurent Gbagbo pleure Kojo Tsikata, son ami ghanéen

Dès son retour en Côte d’Ivoire, le 17 juin 2021, Laurent Gbagbo avait plaidé auprès de ses camarades de parti de lui laisser le temps de pleurer ses morts, notamment sa mère Simone Gado, son jumeau Aboudrahamane Sangaré, et bien de proches disparus alors qu’il était empêtré dans un marathon judiciaire à la Cour pénale internationale (CPI).

Après quoi, l’ancien chef d’État ivoirien est descendu dans l’arène politique avec la création de son nouveau parti politique. Les 16 et 17 octobre 2021, le Parti des peuples africains (PPA-CI) a en effet tenu son Congrès constitutif, le portant ainsi sur les fonts baptismaux.

Aussi, le Président Gbagbo et ses camarades de lutte qui lui sont restés fidèles mettent un point d’honneur à tisser la toile de leur parti, aussi bien en Côte d’Ivoire qu’en Afrique. C’est pourtant dans cet élan que le Woody de Mama vient d’être touché par le décès de l’un de ses proches.

« Le Président Laurent Gbagbo, Président du Parti des peuples africains (PPA-CI), a quitté Abidjan, ce mercredi 08 décembre 2021 à 16 heures 25 min, pour Accra (Ghana) », a annoncé Me Habiba Touré, porte-parole de l’ancien chef d’État ivoirien, avant de donner les raisons de ce brusque déplacement.

« Il prendra part aux obsèques de son très proche et regretté ami, feu Kojo Tsikata », a indiqué, dans un communiqué, l’avocate. À noter que Laurent Gbagbo est rentré au bercail il y a six (6) mois. Et depuis, il ne cesse de réclamer la libération des détenus militaires qui lui sont proches, incarcérés depuis la crise postélectorale de 2010-2011, au motif que lui, leur chef, a été acquitté des chefs d’accusation pour lesquels ils ont tous été écroués. Mais le gouvernement ivoirien ne l’entend cependant pas de cette oreille.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus