Affaire "pédophilie Patrick Assoumou" : Ali Bongo élargit l'enquête

Patrick Assoumou alias Capello, entraîneur de football gabonais arrêté
Par Eugène SAHI
Publié le 22 décembre 2021 à 18:24 | mis à jour le 23 décembre 2021 à 15:35

Patrick Assoumou Eyi, l'entraîneur de l’équipe nationale de football gabonais des moins de 17 ans jusqu’en 2017, aurait abusé de centaines de jeunes garçons pendant des années dans le cadre de ses différentes fonctions d’encadrement de football. Le président Ali Bongo a ordonné l'ouverture d'une enquête.

Patrick Assoumou alias Capello, entraîneur de football gabonais arrêté pour abus sexuel

Suspendu de ses fonctions de secrétaire général de l’AEEFG, l’Association gabonaise des entraîneurs et éducateurs de football, Capello a été arrêté lundi par la police à Ntoum, à 40 kilomètres de la capitale Libreville.

Son arrestation fait suite à une série d’agressions sexuelles sur une centaine d’enfants, selon une source proche du procureur de la République de Libreville, révélée jeudi par le quotidien britannique The Guardian.

Le président de la République du Gabon, Ali Bongo Ondimba, pour qui «l’affaire est très grave et inacceptable», a donné instruction au ministre des Sports gabonais Franck Nguema «de saisir le ministre de la Justice pour l’ouverture d’une enquête judiciaire dans la communauté du football national pour des abus sexuels éventuels ayant été commis à l’encontre des enfants, garçons et filles, afin d’identifier les éventuels auteurs et acteurs de ces crimes odieux».

Selon The Guardian, qui cite des témoignages anonymes de victimes présumées, Capello décidait de maintenir ou non dans la sélection des moins de 17 ans des jeunes joueurs selon qu’ils cédaient ou pas à ses avances.

Salaires non versés, contrats non respectés : le football est en ruine au Gabon, petit pays d’Afrique centrale riche en hydrocarbures, mais dont les championnats, y compris en Première Ligue, sont suspendus depuis plusieurs années.

Depuis la publication de l’article dans The Guardian, plusieurs autres victimes présumées se sont présentées pour affirmer qu’elles avaient également été maltraitées par Eyi, les anciens internationaux gabonais Brice Makaya et Armand Ossey affirmant qu’ils étaient conscients d’avoir maltraité les jeunes joueurs.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus