Lutte contre la cybercriminalité : Un faux commissaire de police épinglé

Lutte contre la cybercriminalité : Un faux commissaire de police épinglé
Par K. Richard Kouassi
Publié le 30 décembre 2021 à 10:22 | mis à jour le 30 décembre 2021 à 10:22

La Plateforme de lutte contre la cybercriminalité (PLCC) a récemment mis la main sur un faux commissaire de police. NYK, âgé de 38 ans, est tombé entre les mains des hommes du commissaire Fofana Mamadou à la suite d'une enquête.

Lutte contre la cybercriminalité : Un homme aux arrêts pour usurpation d'identité

Dame KK, résidant dans la commune de Koumassi, a eu le malheur de croiser le chemin de bandits, alors qu'elle était en compagnie de sa soeur. Elle décide de saisir la police afin de porter une plainte contre ses agresseurs. Au bout de quelques jours, la victime qui n'a pas de nouvelles des enquêteurs s'impatiente et fonce à la PLCC (Plateforme de lutte contre la cybercriminalité).

Cependant, sur les lieux, on lui fait comprendre que son problème n'entre pas dans le cadre de la compétence de la structure dirigée par le commissaire Fofana Mamadou. Une fois chez elle, la plaignante est contactée par un individu se présentant comme étant un responsable de la Plateforme de lutte contre la cybercriminalité. Son interlocuteur cherche à connaitre les raisons de son passage au siège de la PLCC. Dame KK lui explique tout et lui transmet même les documents relatifs à sa plainte déposée à la brigade de gendarmerie, rapporte la PLCC.

Dame KK veut savoir comment le prétendu haut cadre de la lutte contre la cybercriminalité s'est procuré son numéro de téléphone. Les explications du faux commissaire laissent la femme sur sa faim. Elle retourne à la PLCC. À la suite d'une enquête menée par le Laboratoire de criminalistique numérique (LCN), il est découvert que le faux commissaire est en réalité NYK. Après son interpellation, il avoue être le petit ami de dame KK. Il voulait connaitre le comportement de sa dulcinée face à des inconnus sur les réseaux sociaux.

NYK a été conduit devant le parquet et pourrait être poursuivi pour utilisation frauduleuse d'éléments d'identification de personne physique.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus