Ouattara pardonne à Amon Tanoh et le nomme au Conseil de l'Entente

Marcel Amon Tanoh - Conseil de l'Entente
Par Eugène SAHI
Publié le 04 janvier 2022 à 11:45 | mis à jour le 04 janvier 2022 à 11:53

Le président ivoirien Alassane Ouattara et Marcel Amon Tanoh, son ancien ministre des Affaires étrangères, fument le calumet de la paix au secrétariat du Conseil de l'Entente.

Conseil de l’Entente: Marcel Amon Tanoh rebondit aux côtés d’Alassane Ouattara

Nommé par le chef de l’Etat ivoirien en qualité de secrétaire exécutif, Marcel Amon Tanoh prend, ce mardi les commandes du Conseil de l’Entente, une organisation ouest-africaine.

Une cérémonie de passation de charge au siège du Conseil de l’Entente à Abidjan est prévue ce mardi 4 décembre 2021, entre l’Ivoirien Lambert Kouamé, le secrétaire exécutif sortant et son compatriote, le diplomate Marcel Amon Tanoh, annonce un communiqué du gouvernement ivoirien.

"Le ministre Alcide Djédjé organise là cérémonie de passation de charge au Conseil de l'Entente entre le ministre Lambert Kouamé (sortant) et le ministre Amon Tanoh Marcel (entrant) le mardi 4 janvier 2022 à 10 h 30 au Conseil de l'entente sis à Angré sur le boulevard latrille", stipule le communiqué.

Amon Tanoh, fidèle compagnon du président Alassane Ouattara était rentré en rébellion peu avant l'élection présidentielle d'octobre 2020.

L'ex-ministre ivoirien des Affaires étrangères avait vu sa candidature rejetée au scrutin présidentiel du 31 octobre 2020 après avoir demandé une réforme de la Commission électorale indépendante (CEI) et du Conseil constitutionnel, ainsi qu'un audit des listes électorales.

Invoquant un "cas de force majeure", le président ivoirien Alassane Ouattara avait annoncé qu'il allait briguer un troisième mandat à l'élection présidentielle d'octobre, ce dont l'opposition lui contestait le droit en vertu de la Constitution.

Marcel Amon Tanoh reçu en audience à plusieurs reprises par Alassane Ouattara

Dans ses nouveaux habits d'opposant, MAT avait tenu un discours très sévère, le 10 octobre 2020, contre le président ivoirien. «Aucun Ivoirien ne ferait à son frère ivoirien ce que Alassane Ouattara fait aux Ivoiriens. Nous sommes prêts à mourir pour notre pays. Nous ne reculerons plus. Nous en avons marre. Dites-lui de libérer notre pays », s'était-il voulu cinglant.

La réaction ne s'est cependant pas fait attendre. Réponse du berger à la bergère, dira-t-on, car Adama Bictogo, directeur exécutif du RHDP (Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix), est monté au créneau pour interpeller vivement son fraîchement ex-camarade de parti et lui demander de « la fermer », avant de l'interroger : « Comment toi, Amon Tanoh, tu peux te permettre, avec tout ce que tu as reçu, tout ce qui t’a lié au président Alassane Ouattara ? »

Plus d'un an après, beaucoup d'eau a assurément coulé sous le pont, car Marcel Amon Tanoh a été reçu en audience à plusieurs reprises par Alassane Ouattara depuis le mois de juillet. Et les deux personnalités ont eu le temps de laver leurs linges sales en famille. L'ancien chef de cabinet du président de la République revient au cœur du pouvoir Ouattara, du côté du Conseil de l’entente, matrice de toutes les autres organisations ouest africaines.

L’institution régionale traite deux grandes problématiques qui ont motivé sa création, à savoir la paix, la sécurité ainsi que le développement économique pour améliorer les conditions de vie des populations.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus