Mali-Gnamien Konan à la CEDEAO : "Levez vos sanctions illégales"

Mali-Gnamien Konan à la CEDEAO :
Par K. Richard Kouassi
Publié le 19 janvier 2022 à 10:41 | mis à jour le 19 janvier 2022 à 10:41

Gnamien Konan a levé le ton contre la CEDEAO dans la situation que traverse le Mali. L'opposant ivoirien a vivement dénoncé les sanctions de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest contre la République malienne.

Gnamien Konan dénonce les sanctions de la CEDEAO contre le Mali

La CEDEAO n'est pas passée par quatre chemins pour signifier son opposition au voeu de la junte militaire de faire cinq ans à la tête du Mali. L'organisation sous-régionale n'a pas hésité un instant à sortir la carte de la menace. En effet, il a été décidé la suspension des transactions commerciales entre les pays de la CEDEAO et le Mali, la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et l'État malien, le gel des avoirs de la République du Mali dans les banques centrales de la CEDEAO, le gel des avoirs de l’État malien et des entreprises publiques et parapubliques dans les banques commerciales des pays de la CEDEAO.

Gnamien Konan a tenu à donner son opinion sur la crise entre le Mali et la communauté économique chère à l'Afrique de l'Ouest. Ancien ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, l'homme a appelé à une "CEDEAO des peuples". Dans un tweet, le fondateur de la Nouvelle Côte d'Ivoire (NCI) fait allusion à un "vrai parlement CDEAO à qui reviendrait de voter de telles sanctions".

"On ne peut pas laisser 15 personnes à légitimité variable continuer de prendre des sanctions aussi illégales et inhumaines. C’est là, la cause des coups d’État populaires", a écrit Gnamien Konan. Alors que la CEDEAO se dit "disponible pour accompagner le Mali, pour le retour à l'ordre constitutionnel à travers des élections dans un délai raisonnable", l'ex-directeur général des douanes ivoiriennes estime que "c'est de la pure marmaille". "Levez vos sanctions illégales, sans délai", a-t-il lancé.

Comme Gnamien Konan, Laurent Gbagbo a également critiqué la décision de la CEDEAO visant le pays d'Assimi Goïta. L'ancien président ivoirien s'était insurgé contre les "mesures impertinentes" de l'organisation.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus