Mali-Lobognon : "La Côte d’Ivoire n’est pas responsable des malheurs"

Mali-Lobognon :
Par K. Richard Kouassi
Publié le 18 janvier 2022 à 17:29 | mis à jour le 18 janvier 2022 à 17:29

Alain Lobognon a fait une sortie musclée sur la situation politique au Mali. L'ancien ministre ivoirien a clairement déclaré à travers un tweet que "la Côte d'Ivoire n'est pas responsable des malheurs" que connait le pays d'Assimi Goïta.

Mali : Alain Lobognon tire les choses au clair

La situation au Mali est diversement interprétée par la classe politique africaine. En Côte d'Ivoire, Alain Lobognon a une position très ferme sur la question. 'La Côte d’Ivoire n’est pas responsable des malheurs du Mali. Et les putschistes maliens le savent. Alors… Ceux qui fondent bêtement leurs espoirs en un renversement des institutions politiques ivoiriennes par la junte malienne sous sanctions de la CEDEAO se trompent lourdement", a déclaré l'ancien députémaire de Fresco sur son compte Twitter.

Il faut rappeler que devant la volonté de la junte militaire de se maintenir au pouvoir durant cinq ans, la CEDEAO (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) a durci le ton. L'organisation sous-régionale a décidé du gel des avoirs de la République du Mali dans les banques centrales de la CEDEAO, du gel des avoirs de l’État malien et des entreprises publiques et parapubliques dans les banques commerciales des pays de la CEDEAO, mais également de la fermeture des frontières terrestres et aériennes entre les pays de la CEDEAO et le Mali et de la suspension des transactions commerciales entre les pays de la CEDEAO et le Mali.

Contrairement à Alain Lobognon, Laurent Gbagbo s'est dressé contre les sanctions de la CEDEAO visant le Mali. L'ancien président ivoirien a dénoncé les "mesures impertinentes" de la communauté.

"Il y en a qui regarde un chef d’État aux prises avec des forces étrangères et ils rient. Il faut leur dire que c’est comme ça qu'on a colonisé l’Afrique. Quand le colonisateur arrivait, il attaquait une tribu, l’autre tribu riait disant nous on n’est pas concernés. Mais quand on a fini avec la tribu A, on passe à la tribu B. La tribu B, quand on la mate, la tribu C dit nous on n’est pas concernés, etc.”, a clamé le fondateur de PPA-CI (Parti des peuples africains-Côte d'Ivoire).




Afficher les commentaires
Articles les plus lus