La galerie AFIKARIS expose le Nigérian Boluwatife Oyediran à Paris

AFIKARIS  : Point-of-Correction-de-Boluwatife Oyediran Jesus et ses disciplines
Par Ambre Delcroix
Publié le 25 janvier 2022 à 23:37 | mis à jour le 25 janvier 2022 à 23:47

La galerie AFIKARIS revisite les peintres de la Renaissance avec l’exposition du Nigérian Boluwatife Oyediran à Paris jusqu’au 22 février 2022.

"Point of Correction" de Boluwatife Oyediran propulsé par la galerie AFIKARIS

Jésus, Napoléon, la Mona Lisa auraient pu être noirs ! C’est le postulat autour duquel s’articule la première exposition personnelle du Nigérian Boluwatife Oyediran - Point of Correction – dans laquelle il remet en question la vision occidentale du pouvoir politique et religieux.

À travers 12 toiles dans lesquelles il plonge dans des champs de coton les personnages historiques - de Napoléon à la Reine Elizabeth II - et des icônes religieuses, dont il a changé la couleur de peau, l’artiste invite les visiteurs à porter un nouveau regard sur l’Histoire.

Pour leur donner un esprit « angélique » et spirituel, Boluwatife Oyediran a délibérément peint des personnages sans iris ni pupille.

Faisant directement référence au commerce triangulaire ainsi qu’à l’esclavage qui ont participé à la prospérité, à l’opulence de l’Empire colonial, Boluwatife Oyediran relie les liens communs entre l’histoire de la mode et l’exploitation du coton à travers le rôle des Noirs.

Pour rappeler silencieusement l’histoire tacite de la culture du coton, ses personnages sont vêtus d’étoffes luxueuses et plongés dans des champs de coton.

L’artiste Boluwatife Oyediran précise :

« Au 19ème siècle, le coton, en tant que culture commerciale, était la plus grande exportation de l’Amérique. Après la guerre civile de 1861-1865, l’Amérique a exporté 3 millions de balles de coton, les États-Unis fournissant à eux seuls la moitié du coton mondial, ce qui a contribué à alimenter la révolution industrielle aux États-Unis et en Grande-Bretagne.

Ce coton a été massivement produit par la sueur, le labeur et la souffrance des Noirs, pour servir l’avidité de certains et leur permettre d’accumuler richesse et capitaux démesurés, mais personne n’en parle. »

Boluwatife Oyediran, « Point of Correction »

Jusqu’au 22 février 2022 à la Galerie AFIKARIS située au 38 rue Quincampoix - 75004 Paris, France.

Jesus et ses disciples dans Point-of-Correction-de-Boluwatife-Oyediran

Point-of-Correction-de-Boluwatife-Oyediran interprête l'histoire

Point-of-Correction-de-Boluwatife-Oyediran

Point-of-Correction-de-Boluwatife-Oyediran Napoleon black

Point-of-Correction-de-Boluwatife-Oyediran 2

Point-of-Correction-de-Boluwatife-Oyediran

Point-of-Correction-de-Boluwatife-Oyediran marie antoinette

Point-of-Correction-de-Boluwatife-Oyediran Ambre Delcroix

AFIKARIS Ambre Delcroix photo Olivier Thibaud :




Afficher les commentaires
Articles les plus lus