Guinée : Alpha Condé échappe au contrôle de la junte militaire

Guinée : Alpha Condé echappe au contrôle de la junte militaire
Par K. Richard Kouassi
Publié le 31 mars 2022 à 17:21 | mis à jour le 31 mars 2022 à 18:34

Alpha Condé a quitté la Guinée depuis le lundi 17 janvier 2022. Le président déchu s’est rendu à Abu Dhabi pour des raisons médicales. L’ex-chef d’État devait initialement séjourner un mois hors de son pays, mais il a dû prolonger son séjour. Cela fait maintenant deux mois que l’ancien dirigeant est sorti du pays.

Guinée : Alpha Condé poursuit son séjour à Abu Dhabi

Lundi 17 janvier 2022, Alpha Condé, qui a perdu le pouvoir le dimanche 5 septembre 2021, s’est envolé pour Abu Dhabi en vue de recevoir des soins médicaux. L’ancien président avait reçu l’autorisation des nouveaux hommes forts de la Guinée. À titre humanitaire, j’ai accédé à la demande de soins médicaux à l’étranger pour l’ancien président Alpha Condé. Il ira dans un pays de son choix dans les prochains jours. Je profite donc de cet instant pour saluer les pays amis qui ont œuvré à cela", a dit le colonel Mamadi Doumbouya peu avant le départ d’ Alpha Condé.

Cependant, les autorités guinéennes ont pris le soin de préciser que Condé est "autorisé à aller se faire consulter à l’extérieur pour une période d’un mois". Il y a de cela deux mois que l’homme de 84 ans a quitté Conakry. Des voix commencent à se faire entendre.

Le porte-parole du CNRD (Comité national du rassemblement pour le développement), Ousmane Gaoual Diallo, a fait savoir que le gouvernement compte sur les chefs d’État africains pour avoir le contrôle sur Alpha Condé. "Quand l’ancien président est sorti d’ici il y a des gens qui ont pris des engagements, des États, de l’amener pour se soigner et le ramener. Le CNRD ne contrôle pas un citoyen en dehors de ses frontières. Nous tenons compte des engagements que les tiers ont pris vis-à-vis de la Guinée", a ajouté le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat.

Tout en soulignant qu’ Alpha Condé n’est pas libre de faire ce qu’il veut, le porte-parole du CNRD espère que lorsque les conditions seront réunies, la CEDEAO ramènera l’ex-chef d’État à Conakry.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus