Ordinateur : Sycamore 1 million de fois moins rapide que Zuchongzhi 2

Zuchongzhi 2 chinois ou la guerre des puissances à ordinateur quantique
Par Eugène SAHI
Publié le 03 mai 2022 à 15:32 | mis à jour le 03 mai 2022 à 15:32

La Chine, géant de la technologie, dégage le japonais Fugaku et le Sycamore (un processeur quantique) de Google et prend la tête du classement de l’ ordinateur le plus puissant et le plus rapide au monde avec la mise au point du Zuchongzhi 2.

Zuchongzhi 2 chinois ou la guerre des puissances à l' ordinateur quantique le plus performant

La Chine réalise une incroyable percée dans les technologies des ordinateurs alors que le pays cherche à dépendre de moins en moins des technologies étrangères. Présentant de hauts niveaux de performances et de polyvalence, Pékin vient de dévoiler pour 2022 son superordinateur baptisé Zuchongzhi 2, qui a déjà permis d'obtenir des résultats positifs devant l’Occident. La suprématie chinoise sur les ordinateurs quantiques est nette et les chercheurs et les entreprises chinoises détiendraient beaucoup plus de brevets sur les technologies quantiques que les Américains et les Européens.

Pékin y a mis du sien avec d’importants investissements dans cette technologie qui a des précédents. En 2021, une directive gouvernementale chinoise révélée par le Financial Times, indique que tous les matériels et logiciels étrangers de l'administration du pays doivent être remplacés par leur équivalent national. Le Zuchongzhi 2 chinois serait 10 millions de fois plus rapide que Sycamore, plus puissant sur certains calculs et aurait l'avantage d'être pleinement opérationnel à température ambiante. Sa performance s’explique par son approche, optique, différente de celle des supraconducteurs en métal refroidi de Google.

Il y aurait même suffisamment de place pour augmenter encore la puissance de ce processeur. Cette bête de haute technologie est équipé d’un processeur quantique de 66 qubits qui serait 10 millions de fois plus rapide que le meilleur superordinateur du monde. Par exemple, Zuchongzhi 2 peut calculer en une "seule" milliseconde une tâche que l'ordinateur conventionnel le plus rapide du monde mettrait 30 000 milliards d'années à accomplir. Ou encore, La machine peut en théorie calculer les marches aléatoires sur 66 échiquiers simultanément - une mission impossible pour tout ordinateur aujourd'hui.

Réponse au bannissement de Huaweï par Donald Trump?

Son processeur a été mis au point par des chercheurs chinois du Centre d’excellence en information et en physique quantiques de l’Académie des sciences, en collaboration avec plusieurs centres de recherche de Shanghaï. Les mesures de l'administration Trump, banissant le géant technologique chinois Huawei du territoire américain, puis celles lui retirant sa licence Google pour Android, ont-elles jouées dans la décision de Pékin de se séparer des "technologies étrangères" dans toutes ses administrations publiques.

Les Etats-Unis ont justifié le bannissement de Huawei pour des raisons d'espionnage et Pékin craint certainement la même chose de la part des Américains.

Comprendre la course aux ordinateurs quantiques

Pourquoi les ordinateurs quantiques sont-ils si importants aujourd'hui dans un monde marqué par la montée en puissance de l’espionnage et le puratage informatique des données?

Le potentiel des ordinateurs quantiques est énorme. En effet, des problèmes cryptographiques incassables pourraient être résolus en un rien de temps. Certains experts affirment que les ordinateurs quantiques pourraient craquer la blockchain décentralisée hautement sécurisée de la crypto-monnaie Bitcoin, par exemple, en un rien de temps. L’intelligence artificielle et l’apprentissage automatique bénéficieront d’immenses innovations grâce à cette technologie, tout comme la médecine et la chimie.

Aussi, les superordinateurs sont-ils couramment utilisés par les militaires américains et chinois pour analyser certains scénarios afin de perfectionner les outils militaires pour toutes les situations possibles.

IBM se positionne avec 1000 qubits d’ici fin 2023

Les quantiques sont aussi régulièrement utilisés pour étudier les environnements géographiques et les données océaniques afin de mettre à jour certaines tendances prédictives.

Certaines de ces tâches prendraient encore beaucoup de temps, même avec les superordinateurs les plus modernes. « Même les plus petites particules informatiques ont besoin de temps pour passer de 1 à 0 », note Nextgov.

Toutefois, les ordinateurs quantiques pourraient dépasser les limites physiques des systèmes informatiques binaires en créant une superposition des valeurs 1 et 0. Les ordinateurs quantiques supraconducteurs utilisent des qubits qui obtiennent une combinaison linéaire des deux états (1 et 0) par un phénomène de mécanique quantique. En d’autres termes, les qubits peuvent être à la fois 1 et 0. En même temps.

La génération actuelle d’ordinateurs quantiques utilise environ 50 qubits. Pour déchiffrer un code avancé, des milliers de qubits seraient nécessaires. En novembre, la société technologique américaine IBM aurait fabriqué un ordinateur quantique supraconducteur de 127 qubits et en dévoilera un de 400 qubits cette année. D’ici 2023, IBM prévoit d’avoir un qubits de 1 000.

Compte tenu de la pertinence croissante de ces processus à mesure que la quatrième révolution industrielle s'accélère, il n'est pas exagéré de dire que les ordinateurs quantiques joueront un rôle central dans les fonctions sociétales clés, de la recherche en matière de défense aux avancées scientifiques.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus