Madagascar : Antananarivo, 134e ville la plus stressante du monde

Madagascar : Antananarivo, 134e ville la plus stressante du monde
Par K. Richard Kouassi
Publié le 09 juillet 2022 à 12:45 | mis à jour le 09 juillet 2022 à 12:45

Antananarivo, la capitale du Madagascar, est la 134e ville la plus stressante du monde, selon le classement établi par la Banque mondiale qui prend en compte 150 villes.

Madagascar, le pays des embouteillages monstrueux

Chaque année, la Banque mondiale publie son classement des capitales portant sur la qualité de vie des habitants. Pour 2022, Madagascar figure bien sur la liste. En effet, la ville d’ Antananarivo figure à la 134e place sur 150 dans le classement des capitales les plus stressantes.

Selon le rapport, Antananarivo, la capitale malgache se distingue par sa "congestion ". La Banque mondiale fait savoir que les embouteillages provoquent non seulement du stress, mais aussi des conséquences économiques pour le Madagascar. Les entreprises installées à Madagascar paient un lourd tribut de cette situation. L’institution bancaire basée à Bretton Woods va jusqu'à dire cela cause une perte de 40 millions de dollars par an, ce qui représente 0,34 % du Produit intérieur brut (PIB).

"Si la vitesse moyenne de circulation libre est de 33,4 km/h la vitesse moyenne de fonctionnement de ces minibus pendant les heures de pointe est de 21,8km/h", précise l’étude menée par la Banque mondiale. Elle ajoute qu’il "est impératif de relever les principaux défis du transport urbain pour assurer l’accessibilité efficace et sûre des personnes et assurer une croissance urbaine durable à Madagascar".

Toutefois, en vue de régler ce problème, le gouvernement malgache a lancé la construction d’un flyover à Anosizato et prévoit le transport par câbles à faire d’économiser des centaines de milliards d’ariary, fait savoir le secrétariat d’État malgache en charge des nouvelles villes et de habitat. La Banque mondiale pense qu’une "gouvernance publique forte dans la planification, l’allocation et la mise en œuvre des investissements en infrastructures est nécessaire" pour améliorer "l’efficacité et la viabilité budgétaires", mais également la "stabilité macroéconomique et la croissance économique".


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus