Exclusif ! Gal Gueu Michel se prononce sur les 49 soldats ivoiriens arrêtés au Mali

le général Gueu Michel s'est prononcé sur la situation des 49 soldats ivoiriens détenus au Mali.
Par David Yala
Publié le 17 août 2022 à 16:04 | mis à jour le 06 octobre 2022 à 12:52

L'ancien commandant des opérations militaires des Forces Nouvelles (ex rébellion ivoirienne) et ex-commandant des opérations militaires des Forces fidèles au président Alassane Ouattara lors de la crise postélectorale, le général Gueu Michel s'est prononcé sur la situation des 49 soldats ivoiriens détenus au Mali.

Le général Gueu Michel: "Je voudrais inviter toutes celles et tous ceux qui n'ont jamais connu les sensations des champs de bataille à faire preuve de retenue et de sagesse"

Depuis le 10 juillet 2022, 49 soldats ivoiriens en mission de sécurisation au Mali, ont été arrêtés dès leur arrivée à l'aéroport de Bamako, puis placés sous mandat de dépôt pour atteinte à l'intégrité de l'État malien.

Alors que la Côte d’Ivoire ne cesse de dire que ses soldats arrêtés, étaient présents au Mali dans le cadre d’un appui logistique pour le compte de la MINUSMA, la junte militaire au pouvoir, elle, accuse ces soldats ivoiriens d'être des "mercenaires en mission de déstabilisation".

Et depuis lors, les 49 militaires ivoiriens sont détenus au Mali malgré la médiation entamée par le président togolais Faure Gnassingbé qui n'a pas encore réussi à faire entendre raison au régime militaire de Assimi Goïta. Pour Mme Danièle Boni-Clavérie, femme politique ivoirienne, seules la diplomatie et la négociation doivent être privilégiées.

"Il est certain que cette voie est cahoteuse et si le Mali a opté pour un choix judiciaire, cela prouve que les discussions sont difficiles et que pour l’instant, aucun compromis n’a pu être trouvé. La visite du Président Macky Sall est donc porteuse d’espoir puisqu’il nous a rassurés que le Mali restait toujours ouvert à des négociations et que des « solutions africaines» seraient trouvées. A nos yeux, cela indique que le dialogue n’est pas rompu, que les échanges vont se poursuivre avec un objectif partagé, celui de trouver un terrain d’entente qui ne fasse perdre la face à aucune des parties", a déclaré l'ancienne Ministre ivoirienne.

La position du général Gueu Michel

Une position que soutient le général de corps d'armée à la retraite, Gueu Michel, actuellement Membre du Noyau de la Plateforme des Leaders Croyants pour la Paix, la Réconciliation, la Cohésion sociale et le Développement; et Président de la Commission du Prix du Civisme et de la Citoyenneté (Association Ivoirienne des Médaillés de la Légion d'Honneur et de l'Ordre National du Mérite Français).

L’ancien commandant des opérations militaires des Forces Nouvelles est sorti de sa réserve "parce qu'il s'agit de la vie de frères d'armes, j'allais dire, de nos enfants". Gueu Michel dit donner pleinement raison à Madame la Ministre Danièle Boni-Clavérie, présidente de l'URD quand elle soutient que : " Seules la diplomatie et la négociation doivent être privilégiées ".

"J'ajouterais aussi la médiation. Je voudrais inviter toutes celles et tous ceux qui n'ont jamais connu les sensations des champs de bataille ou d'une opération militaire à faire preuve de prudence, de retenue et de sagesse", a recommandé l'ex-homme de terrain reconverti en homme de Paix.

"Nous devrions aller dans le sens de l'apaisement et du règlement à l'amiable"

Puis de renchérir : " Si nous devrions intervenir dans ce débat, ce serait à mon humble avis, dans le sens de l'apaisement et du règlement à l'amiable d'un sujet aussi sensible que celui des 49 militaires ivoiriens accusés de mercenariat", a-t-il insisté.

La sortie du général Gueu Michel, précédée de celle de Danièle Boni-Clavérie, fait suite à des propos jugés désobligeants tenus par des jeunes sous prétexte de patriotisme, à l’endroit de la junte militaire au Mali, et qui prennent le risque d’échauffer les esprits en empêchant une artiste malienne de tenir un concert.

"Arrêtons d’être de simples imitateurs de ce qui se fait ailleurs, d’autant que la forte communauté malienne présente sur notre sol nous incite à la modération. Le sport et la culture doivent rester des terrains à préserver pour pouvoir jouer éventuellement les têtes de ponts dans l’accélération de retrouvailles entre deux pays frères", prévient Mme Boni-Clavérie.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus