Côte d’Ivoire: PDCI, Donwahi n’est pas intimidé par les pro-RHDP

PDCI : Alain Donwahi n'est pas intimidé ni victime de chantage
Par Gary SLM
Publié le 27 septembre 2018 à 10:15 | mis à jour le 27 septembre 2018 à 10:29

Le ministre des Eaux et forêts de Côte d’Ivoire, M. Alain Donwahi a assisté mercredi à une réunion de remise de lettres d’investitures des candidats du PDCI aux élections locales. Lors de cette rencontre, le candidat dans la Nawa (centre-ouest) a affirmé qu’il n’était ni intimité ni victime de chantage de la part de cadres proches du Président Alassane Ouattara.

Alain Donwahi ni victime de chantage ni d’intimidation

Alain Donwahi, contrairement à ce que disait hier le Pf Maurice Kacou Guikahué, est avec Patrick Achi les deux rares cadres du PDCI soutenus par leur parti et le RHDP unifié à la foi. Hier mercredi 26 septembre, le ministre des Eaux et forêts était à la réunion de remise de lettres d’investitures aux candidats du PDCI aux élections locales prévues le 13 octobre. Cette réunion s'est tenue à la maison du PDCI RDA, à Cocody, à 16h, sous la présidence du Pf Guikahué.

Cette réunion convoquée par le Pf Maurice Kacou Guikahué s’est tenue à huis clos, tous les journalistes présents dans la salle ayant été priés d’en sortir.

Le ministre Alain Donwahi est candidat à l’élection régionale dans la Nawa (centre-ouest) et M. Patrick Achi est lui dans la bataille pour le même scrutin dans La Mé (sud de la Côte d’Ivoire).

Lundi, le ministre des Eaux et forêts qui était absent à la cérémonie d’investiture des candidats du RHDP, cérémonie présidée par le chef de l’État Alassane Ouattara, avait également brillé par son absence à la réunion du bureau politique du PDCI à Daoukro (centre). Mais avec son retrait de sa lettre d’investiture au PDCI dont il représente les couleurs dans sa région, il pourrait avoir fait son choix du parti à qui il donnera son mandat en cas d’élection.

Alors que le PDCI dénonce des pressions sur ses cadres, notamment des intimidations ou du chantage de la part de pro-RHDP afin de les forcer à tourner dos à leur formation d’origine, Alain Donwahi explique : “Le président Alassane Ouattara ne nous a pas intimidés. Il respecte nos positions’’.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus