CEI : Le Conseil constitutionnel "déchire" la requête de l'opposition

Le conseil constitutionnel s'est jugé incompétent invalider la loi sur la CEI
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 06 août 2019 à 12:55 | mis à jour le 06 août 2019 à 12:55

Saisi en vue d'une invalidation du projet de recomposition de la commission électorale indépendante (CEI), adopté la semaine dernière par le Parlement, le Conseil Constitutionnel ivoirien s'est jugé incompétent pour donner une suite à la requête des députés membres de l'opposition.

Reforme de la CEI : Gros camouflet de l'opposition devant la Conseil constitutionnel

Le Conseil Constitutionnel ivoirien s'est jugé incompétent pour donner une suite à la requête de l'opposition visant une invalidation du projet de loi créant la nouvelle commission électorale indépendante. La loi adoptée en séance plénière le mardi dernier, ce malgré les protestations des groupes parlementaires de l'opposition, constitue une pomme de discorde entre pouvoir et opposition à 14 mois du scrutin présidentiel d'octobre 2020.

Alain Lobognon et ses camarades membres des groupes parlementaires PDCI-RDA, Rassemblement et Vox Populi, ont estimé lors d'une conférence de presse tenue lundi dernier, que l'adoption du texte était un "passage en force". Ces derniers avaient jugé utile de se tourner vers le Conseil constitutionnel, pour solliciter de l'institution l'invalidation pure et simple de cette loi "controversée"

« Les groupes parlementaires PDCI-RDA, Vox Populi et Rassemblement ont décidé de saisir le Conseil Constitutionnel aux fins de constater le non-respect des obligations de l’État de Côte d’Ivoire de son engagement à créer un organe électoral indépendant et impartial», a déclaré lors d’une conférence de presse à Abidjan Konan Koffi Marius, député PDCI, parti dirigé par l’ancien président Henri Konan Bédié.

En réponse, le Conseil constitutionnel a jugé irrecevable cette requête des députés membres de l'opposition. Un gros camouflet pour Alain Lobognon, Yasmina Ouégnin et les autres qui n'ont plus d'autre choix que de se tourner vers la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples.

Pour rappel, l’opposition juge la composition de la nouvelle CEI incapable de garantir des élections crédibles justes et transparentes. Estimant qu’un trop grand nombre de ces membres, sera nommé par le pouvoir ou des organismes liés au pouvoir en place.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus