Le CHU de Cocody au coeur d'une polémique : Ce qui s'est passé

Le CHU de Cocody au coeur d'une polémique : Ce qui s'est passé
Par K. Richard Kouassi
Publié le 04 mars 2020 à 15:21 | mis à jour le 04 mars 2020 à 15:36

Le CHU de Cocody (Centre hospitalier universitaire) est au centre d'une accusation provenant d'un certain monsieur Agnimel Privat. Cet individu reproche à l'établissement sanitaire de n'avoir pas assisté son enfant malade dont le décès est survenu alors qu'il y avait été transporté afin de recevoir des soins. Dans une publication sur les réseaux sociaux, ce parent a ouvertement accusé le centre hospitalier d'être responsable de la mort de son fils du nom d'Agnimel Rayane. Les responsables du CHU ont tenu à apporter un droit réponse face à ces accusations.

Que s'est-il passé au CHU de Cocody ?

"Ce soir, j'ai vécu la pire douleur de ma vie. J'ai perdu mon bébé d'amour, la chair de ma chair, mon petit Rayane adoré au CHU de Cocody. Simplement parce qu'il n'y a pas de place en pédiatrie. À quoi ça sert d'avoir cet hôpital avec une dizaine d'étages", a posté le nommé Agnimel Privat sur les réseaux sociaux. Il a aussi laissé entendre que les médecins l'ont refoulé en lui proférant des injures. L'homme avance même que des infirmières l'ont éconduit avec son enfant malade qui agonisait dans ses bras. Agnimel Privat précise que seul le docteur Sherif Ousmane a manifesté de l'intérêt pour le petit garçon et a tenté de le sauver.

Le CHU de Cocody a réagi suite aux accusations portées contre ses services. Un communiqué émanant du service de communication et des relations publiques du Centre hospitalier et universitaire affirme qu'aucun enfant du nom de Agnimel Rayane ne figure" dans ses registres. Interrogé par les responsables de l'hôpital, le docteur Chérif indique que le dimanche 1er mars 2020 aux alentours de 23 heures, il a plutôt reçu une dame qui a conduit sa fille de six ans aux urgences.

Cela faisait dix jours que la gamine a été mordue par un chien et aucun soin ne lui avait été prodigué. La note indique que l'enfant souffrait de la rage et devait être transporté au service des maladies infectieuses et tropicales du CHU de Treichville. "Dr Cherif Osman affirme n'avoir échangé qu'avec la dame qui accompagnait l'enfant. Il reconnait avoir pris en charge une fillette de 6 ans atteinte de rage qu'il a reévacuée au CHU de Treichville", soutient le service de communication du CHU de Cocody.

Dans le droit de réponse, nous apprenons que l'établissement sanitaire a tenté d'entrer en contact avec Agnimel Privat sans succès. "Nous ignorons donc si c'est du même enfant qu'il parle, s'il a vraiment assisté à la scène qu'il relate, etc. Des zones d'ombres subsistent donc avec comme seul point d'ancrage le témoignage de Dr Cherif qu'il dit avoir rencontré", ajoute le CHU de Cocody, précisant qu'il est disposé à prendre des sanctions relatives aux préjudices occasionnés lorsque sa responsabilité est engagée.

Toutefois, le centre hospitalier se réserve le droit de saisir la Police de lutte contre la cybercriminalité (PLCC), car il a constaté que le compte Facebook a été créé il y a quelques mois et son propriétaire n'a pas d'amis.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus