Affaire « transition sans Ouattara »: Amadou Gon met fin au débat

Amadou Gon Coulibaly : « Il n'y a pas de transition possible »

Amadou Gon Coulibaly et Alassane Ouattara
Par Dreyfus polichinelle
Publié le 21 avril 2020 à 15:38 | mis à jour le 21 avril 2020 à 16:52

Pas question pour Amadou Gon Coulibaly d'envisager une transition politique en Côte d'Ivoire sans Alassane Ouattara. Le Premier ministre ivoirien est revenu sur le sujet lors d'une conférence de presse animée ce mardi 21 avril 2020.

Amadou Gon Coulibaly : « Il n'y a pas de transition possible »

La crise sanitaire du coronavirus perturbe, à n'en point douter, la bonne marche de toutes les institutions en Côte d'Ivoire. Après seulement un mois et 10 jours de la découverte du premier patient, le pays compte 847 cas confirmés de Covid-19, et la pandémie pourrait se propager davantage à cause du manque de discipline de certains citoyens qui rechignent à observer scrupuleusement les mesures sanitaires et sécuritaires édictées par le Gouvernement.

Lesdites mesures, faites de confinement et d'isolement du grand Abidjan, pourraient par ailleurs entrainer un éventuel report de l'élection présidentielle du 31 octobre 2020. En dépit de la poursuite de l'opération, l'enrôlement pour la nouvelle Carte nationale d'identité (CNI) ne connaît véritablement pas un grand engouement.

Des opposants ivoiriens ont donc proposé une transition au cas où le scrutin ne se tenait pas à la date prévue. Mais en prenant soin de mettre le Président Alassane Ouattara sur la touche.

Amadou Gon Coulibaly bat cependant en brèche cette idée de transition. Pour le Chef du gouvernement ivoirien, les autorités ivoiriennes sont à pied d'oeuvre pour tenir la date constitutionnelle de cette élection capitale. Aussi, a-t-il formellement tranché :

« Il n'y a pas de transition possible. » Espérant que la crise du Covid-19 prenne rapidement fin pour que le processus électoral rentre dans sa dernière ligne droite à six mois de la présidentielle.

Toutefois, précise le candidat du RHDP, Rassemblement des houphouëtistes pour la démocratie et la paix, en cas de non tenu de ce scrutin, le Président Alassane Ouattara restera bel et bien au pouvoir.

Ainsi que le stipule l'article 59 de la Constitution : « Les pouvoirs du Président de la République en exercice expirent à la date de la prise de fonction du Président élu. »


Afficher les commentaires
Articles les plus lus