Cameroun : Affrontement armée-séparatistes, une fillette de 4 ans tuée

Cameroun : Affrontement armée-séparatiste, une fillette de 4 ans tuée
Par K. Richard Kouassi
Publié le 12 janvier 2021 à 12:40 | mis à jour le 12 janvier 2021 à 12:49

Au Cameroun, une fillette de quatre ans et sa mère ont été tuées lors d'un affrontement entre l'armée camerounaise et les séparatistes. Dans une vidéo publiée sur la toile, d'autres corps ensanglantés sont présentés à même le sol.

Le Cameroun secoué par un affrontement armée-séparatistes

Une vidéo diffusée sur la toile montrait une mère et sa fille de quatre qui ont été tuées au cours d'un affrontement entre l'armée camerounaise et les séparatistes, apprend-on auprès de nos confrères de Camer.be. À en coire les auteurs de ladite vidéo, dix autres individus ont été aussi abattus.

L'affrontement a eu lieu le dimanche 10 janvier 2021 dans le village de Mautu, une localité située à Muyuka, dans le département du Fako (Sud-Ouest). Selon les auteurs de la vidéo, des militaires camerounais étaient à la recherche de séparatistes amabazoniens, malheureusement, les affrontements ont causé des victimes collatérales, notamment des jeunes hommes, des femmes et des enfants.

Après cette attaque meurtrière contre les civils, l'ambassade de France au Cameroun a vivement désapprouvé cet acte. "La France condamne l'attaque de Mautu dans la région Sud-Ouest du Cameroun qui a fait huit victimes civiles dimanche 10 janvier 2021", a laissé entendre la diplomatie française qui note que pour l'heure, les circonstances de ce drame demeurent non élucidées.

Du côté des autorités du Cameroun, l'on avance que l'armée a plutôt mené un "raid préventif" qui a abouti à la neutralisation de deux chefs de milice. Le ministère camerounais de la Défense précise que quelques terroristes ont été neutralisés pendant que d'autres blessés sont en fuite. Il ajoute par ailleurs que des armes et des munitions ont été saisies par l'armée camerounaise et dément l'assassinat de civils. Il n'empêche que l'ambassade de France au Cameroun demande aux autorités du pays à "faire la lumière sur ce crime injustifiable".


Afficher les commentaires
Articles les plus lus