Bonus téléphoniques: Afrique Impact crache ses vérités à l'ARTCI

Affaire bonus téléphoniques : L'ONG Afrique Impact tacle l'ARTCI
Par K. Richard Kouassi
Publié le 14 janvier 2021 à 15:58 | mis à jour le 14 janvier 2021 à 16:11

L' affaire bonus téléphoniques continue d'alimenter l'actualité ivoirienne. À la suite d'autres organisations, l'ONG Afrique Impact a donné de la voix pour dénoncer la décision de l'ARTCI (Agence de régulation des télécommunications/TIC en Côte d'Ivoire) de suspendre les bonus octroyés aux consommateurs par les opérateurs de téléphonie mobile. Dans une déclaration, son président Guy Paramour a craché ses vérités à la structure étatique.

Affaire bonus téléphoniques: "En quoi les bonus internet d'Orange, Moov, MTN dérangent-ils l'ARTCI? " (ONG Afrique Impact)

L'ONG Afrique Impact a vivement déploré la décision de l'Agence de régulation des télécommunications/TIC en Côte d'Ivoire visant à suspendre l'octroi de bonus téléphoniques aux consommateurs. Dans une note dont nous avons reçu copie, Guy Paramour s'élève contre ladite mesure. Pour lui, l'ARTCI vient de s'écarter de ses missions principales. Il s'agit notamment de réguler le secteur des télécoms et du secteur postal ; suivre la gouvernance internet et sécurité et les protections de données. Notons que l'ARTCI avait déjà réagi aux accusations portées contre elle relativement à l' affaire bonus téléphoniques.

"L’ARTCI rassure l’ensemble de la population qu’en sa qualité de régulateur du secteur des télécommunications/TIC, elle est investie d’une mission de service public, conformément aux dispositions des articles 72 et 172 de l’ordonnance n°2012-293 du 21 mars 2012, pour la protection des intérêts de toutes les parties prenantes État, opérateur, et consommateur en garantissant l’exercice d’une concurrence effective, loyale et durable", s'est-elle expliquée dans un communiqué.

Cependant, le président d'Afrique Impact n'en démord pas et veut comprendre "pourquoi l'ARTCI doit prendre des décisions sur le commerce en lieu et place du ministère du Commerce et de l'Industrie au point d'exiger 400 000 francs CFA pour la création d'une entreprise de distribution et 5 000 000 de francs CFA pour l'autorisation de fonctionnement". "En quoi les bonus internet d'Orange, Moov, MTN dérangent-ils l'ARTCI sachant que ce n'est pas leur argent qui est utilisé ? ", s'est interrogé Guy Paramour.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus