FIF - Affaire "Eléphants sans contrat": Assalé Tiémoko, avocat du diable?

Quand le journaliste et Député-maire Assalé Tiémoko s’attaque à Mme Dao Gabala
Par Mael Espoir
Publié le 26 novembre 2021 à 11:52 | mis à jour le 26 novembre 2021 à 11:53

Dans sa tentative de montrer aux yeux du monde que la présidente du comité de normalisation de la Fif (Fédération ivoirienne de football), Dao Gabala, a menti aux Ivoiriens en affirmant que, par le passé, les Eléphants de Côte d’Ivoire étaient logés sans contrat d’hébergement, le journaliste d’investigation, Assalé Tiémoko, a apporté des preuves peu convaincantes.

Quand le journaliste et Député-maire Assalé Tiémoko s’attaque à Mme Dao Gabala

Lors de la conférence qu’elle a animée le mardi, la présidente du comité de normalisation de la Fif, Mme Dao Gabala, a révélé de nombreuses zones d’ombre dans la gestion financière de l’ex-comité exécutif de la Fif, notamment le cas des Eléphants de Côte d’Ivoire qui étaient hébergés sans contrat d’hébergement avec l’hôtel hôte. "Pour l’hébergement, il n’y avait pas de contrat d’hébergement, et les paiements se faisaient en espèces. Le coût de l’hébergement était de plus 80 millions, sans justificatif, sans contrat, sans rien. Quand nous sommes arrivés et que nous avons commencé à regarder dans les détails, on est passé d’un budget d’hébergement pour le même nombre de jours de 80 millions à 44 millions, il y a des économies à faire’’, a indiqué Dao Gabala.

Jeudi, le député-maire de Tiassalé, également journaliste d’investigation, a publié un très beau texte affirmant que "ma Tantie Gabala a menti". Il a même dévoilé un contrat d’hébergement qui aurait été signé entre la Fif et l’Hotel Radison Blu d'Abidjan. "Sur la question de l'hébergement des joueurs sans contrat avec l'hôtel Radisson Blu, Mme Dao Gabala a menti sur le volet absence de contrat et a fait de la rétention d'informations. Pour le prouver, il suffit d'interroger l'hôtel en question ou de s'adresser à l'ONS. On ne peut pas héberger des joueurs d'une équipe nationale dans un hôtel renommé tel que "Radisson Blu" sans contrat. Il y a eu quatre contrats entre la FIF et cet hôtel. Et les factures de chaque hébergement, sont fonction de la taille de la délégation à heberger. Contrat 1: 70 millions TTC. Contrat 2: 62 millions TTC. Contrat 3: 50 millions TTC. Contrat 4: 45 millions TTC. Et les factures sont payées par chèque par l'ONS et non en espèces. (voir ci-jointe la page de signature du contrat de 70 millions ). Il existe donc des contrats dont Mme Dao Gabala ne peut, en aucune manière, ignorer l'existence'', a-t-il soutenu.

Cependant, force est de costater que le contrat présenté par le maire Assalé Tiémoko date du 28 octobre 2020, soit deux mois après le 27 août 2020, date à laquelle, la Fifa a décidé de suspendre le processus électoral de la Fif. La sortie d'Assalé Tiémoko n'est pas du tout convaincante quand on sait que, pendant cette période, il était déjà prévisible que la Fifa décide de mettre le football ivoirien sous tutelle. Quand on sait que l’ancien Comité exécutif a passé un peu plus de 8 ans à la FIF, présenter un contrat qui intervient juste après la suspension d’un processus électoral assez tumultueux, ne peut en aucun cas, faire croire que Mme Dao Gabala a menti. On aurait tout simplement aimé que Monsieur Assalé Tiémoko dévoilât un contrat d’hébergement datant de 2019 ou de 2018 par exemple.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus