Mali : Décès de l'ex-président Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK)

Mali : Décès ce dimanche de l'ancien président Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK)
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 16 janvier 2022 à 14:25 | mis à jour le 16 janvier 2022 à 14:25

Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK), l'ancien chef d'Etat malien renversé par un coup d'Etat militaire, est décédé ce dimanche 16 janvier 2022, à Bamako, à l'âge de 76 ans.

L'ancien président malien Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK) est mort

L'ex-chef de l' Etat malien, Ibrahim Boubacar Kéïta s'est éteint ce dimanche à Bamako, à l'age de 76 ans. "Le président IBK (Ibrahim Boubacar Kéïta) est décédé ce matin à son domicile" à Bamako", a indiqué un membre de sa famille. Cette information a été confirmée par plusieurs proches de l'ancien malien. Ibrahim Boubacar Keïta, élu président du Mali en septembre 2013, avait été renversé par des militaires en août 2020. La santé de l'ancien président s'était fragilisée depuis son éviction du pouvoir.

Ibrahim Boubacar Keïta, voit le jour le 29 janvier 1945 à Koutiala, dans l'ancien Soudan, actuel Mali. Marié et père de 4 enfants, IBK, avant son accéssion à la présidence en 2013, était un homme d'Etat bien connu des milieux politiques maliens. Homme de gauche, il a successivement occupé les postes de Premier ministre de la République du Mali sous le mandat d' Alpha Oumar Konaré, entre 1994 et 2000 puis président de l' Assemblée nationale de 2002 à 2007.

Il accède à la présidence de la République du Mali en 2013, après avoir échoué une première fois face à Amadou Toumani Touré (ATT) en 2002. Il est réélu en 2018 pou un second mandat présidentiel avant de se faire renverser par un coup d'État en 2020. Dans un contexte de mouvement populaire, il est arrêté par une garnison de militaires, en compagnie de son Premier ministre, Boubou Cissé et plusieurs hauts responsables politiques.

Dans la foulée, IBK renonce au pouvoir sous la pression des hommes du colonel Assimi GöÏta. Son décès survint un peu plus d'un an après la disparition de son prédécesseur, Amadou Toumani Touré (ATT), le 10 novembre 2020 à Istanbul. Le Mali, son pays fait également face à de lourdes sanctions prises par la CEDEAO, visant à contraindre la junte milidaire au pouvoir le retour à l'ordre constitutionnel dans un bref delai.




Afficher les commentaires
Articles les plus lus