Présidentielle : Gnamien Konan dit "non" au parrainage et parle à la CEI

Présidentielle, Gnamien Konan appelle à surseoir au parrainage
Par K. Richard Kouassi
Publié le 15 juillet 2020 à 11:13 | mis à jour le 15 juillet 2020 à 11:48

À l'approche de la présidentielle du 31 octobre 2020, Gnamien Konan vient d'adresser un message à la Commission électorale indépendante (CEI). Le fondateur de La nouvelle Côte d'Ivoire, un parti politique de l'opposition, s'est exprimé à propos de l’opportunité du parrainage instauré par les autorités ivoiriennes.

Présidentielle: Gnamien Konan appelle à surseoir au parrainage

Lundi 13 juillet 2020, Alassane Ouattara a pris le décret qui fixe les modalités d’organisation de la collecte des signatures pour le parrainage en vue de l’élection du président de la République. L'information a été livrée par Sidi Touré Tiémoko, à l'issue d'un Conseil des ministres. Selon le porte-parole du gouvernement, ce décret a été pris "sur proposition de la Commission électorale indépendante (CEI) et en application de l’article 54 alinéa 13 du Code électoral, tel que modifié par l’ordonnance n° 2020-356 du 8 avril 2020 portant révision du Code électoral, qui a consacré le parrainage comme condition d’éligibilité à l’élection présidentielle". Dans la pratique, chaque candidat à l'élection présidentielle doit être parrainé par des électeurs issus de dix-sept régions ou districts représentant au moins 1 % de l'électorat pour la région ou le district concerné.

Gnamien Konan, qui soutient vouloir une présidentielle ouverte, transparente et juste, rejette le parrainage pour l'élection du futur président de la Côte d'Ivoire. Il l'a fait savoir à travers une publication sur les réseaux sociaux. Pour le président de La nouvelle Côte d'Ivoire, "l'élection présidentielle du 31 octobre 2020 n'est pas une élection ordinaire", car "elle s'organise dans un contexte qui ressemble étrangement à celui d'avant octobre 2010". L'ancien ministre estime que le parrainage "vient complexifier le processus et réduit les chances d'avoir une élection ouverte à tous".

"L'échec de l’enrôlement, qui n'a enregistré qu’un million de nouveaux majeurs pour plus de cinq millions attendus, confirme les inquiétudes. Cela doit interpeler tous les acteurs et surtout les décideurs et les conduire à plutôt faciliter les choses pour une élection présidentielle la plus transparente, la plus ouverte et la plus juste possible", a soutenu le candidat malheureux à l'élection de 2015.

Fort de tout ceci, Gnamien Konan appelle la Commission électorale indépendante à "faire un rapport au gouvernement pour lui demander de surseoir à l'étape du parrainage pour l'élection présidentielle d'octobre 2020". Par ailleurs, l'ex-directeur général des douanes avance qu'à défaut de surseoir au parrainage, les autorités ivoiriennes devraient laisser la CEI conduire l'opération.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus