La COSEF-CI défie Mariétou Koné, le mot d'ordre de grève maintenu

Le mot d'ordre de grève des enseignants est maintenu, pour ce mardi 11 mai
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 11 mai 2021 à 10:46 | mis à jour le 11 mai 2021 à 11:07

La grève des enseignants est maintenue, ce mardi 11 mai 2021, en dépit de la rencontre tenue, lundi, entre la ministre Mariétou Koné en charge de l' Education nationale, et les responsables syndicaux de la COSEFCI.

Grève des enseignants : Prise de contact entre la ministre Mariétou Koné et les responsables syndicaux, ce qui a été décidé

Le mot d'ordre de grève lancé par la Coalition des syndicats du secteur éducation-formation est entré en vigueur, ce mardi 11 mai 2021. Le président Bertoni Kouamé et ses camarades entendent maintenir la pression sur le gouvernement ivoirien pour obtenir satisfaction de leurs revendications.

Il s'agit entre autres de la revalorisation de leurs indemnités de logement, la suppression de la fonction d' Instituteur adjoint, le relèvement au double de toutes les primes liées aux examens scolaires, la mise en place des intendances intégrées aux centres d’examens et la rémunération de la surveillance.

La COSEF-CI revendique par ailleurs le paiement de 500 000 F dus à chaque enseignant ex-contractuel au titre des émoluments non payés de janvier à mai 2014, et l’intégration à la Fonction publique du résiduel des radiés en 2014 pour fait de grève.

Afin d'obtenir satisfaction, Bertoni Kouamé et ses camarades du COSEFCI ont entamé une grève de 3 jours. Grève qui démarre à compter de ce mardi 11 mai et qui devrait se poursuivre jusqu'au 14 mai. Si rien n'est fait, ces syndicalistes envisagent également la rétention des notes du deuxième semestre et le boycott de tous les examens à venir.

Une rencontre a cependant eu lieu, lundi entre la ministre Mariétou Koné et le directoire de la coalition des syndicats du secteur éducation-formation. La tutelle a, à l'occasion, informé de la mise en place dans les prochains jours d'un cadre inclusif de dialogue direct avec toutes les structures syndicales.

La ministre a promis le traitement des revendications en suspens, notamment les résolutions de l'atelier de Grand-Bassam (tenu en 2019), dont la revalorisation de l'indemnité de logement constitue le point focal. La question des salaires suspendus ou ponctionnés suite aux grèves de 2019 et 2020, qui pourrait également trouver solution.

De son côté, l'organisation syndicale informe de la tenue d'une Assemblée générale extraordinaire, ce mardi après-midi, à Yopougon. De ce conclave, devraient sortir des résolutions qui décideront de la conduite à tenir dans ce bras de fer qui oppose enseignants et gouvernement depuis trois ans.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus