BEPC 2021 : Mariatou Koné met en garde les fraudeurs

BEPC 2021 :  Mariatou Koné met en garde les fraudeurs
Par K. Richard Kouassi
Publié le 18 mai 2021 à 17:00 | mis à jour le 18 mai 2021 à 17:29

En Côte d'Ivoire, les épreuves orales de l'examen du BEPC (Brevet d'études du premier cycle) session 2021 sont prévues du 9 au 12 juin 2021. À l'approche de la date, Mariatou Koné, ministre de l'Éducation nationale et de l'Alphabétisation, a mis en garde les candidats.

Les candidats au BEPC sensibilisés contre la fraude

Dans une note transmise aux directeurs régionaux et départementaux du ministère de l'Éducation nationale et de l'Alphabétisation, Mariatou Koné, par l'entremise de l'inspectrice générale Dosso Nimaga Dosso, a transmis une note aux candidats des examens scolaires. "Ces notes adressées aux candidats du CEPE, du BEPC et du baccalauréat doivent faire l'objet d'une large diffusion à l'endroit de toute la communauté éducative, mais surtout auprès des candidats", peut-on lire dans le communiqué.

En outre, il est demandé à l'instituteur, le professeur ou à l'éducateur de niveau de lire la note et de la commenter dans chaque classe d'examen. Par ailleurs, dans chaque salle pendant le déroulement des épreuves écrites, une lecture de la note devra être faite par le surveillant avant le début des épreuves.

Pour la session 2021 du BEPC, il est formellement interdit aux candidats d'introduire ou d'utiliser un support de communication, des documents non autorisés, des appareils non autorisés. Les candidats n'ont pas non plus le droit de communiquer avec leurs voisins ni de laisser un autre candidat recopier une partie ou la totalité de leur production.

"Des actions de contrôle sont menées durant la composition, les corrections, les délibérations, avant la proclamation des résultats et même après, pour déceler tous les cas de fraude. La moindre preuve de fraude dans une seule composition annule l'ensemble de votre examen", a prévenu Dosso Nimaga Mariam. L'inspectrice générale ne manque pas de rappeler que "la fraude commise aux examens constitue un délit passible de sanctions disciplinaires devant la Commission nationale de discipline et de sanctions pénales, devant le tribunal".

Il faut aussi noter que "selon la nature de la fraude, les sanctions disciplinaires s'étalent de l'ajournement plus 1 à 5 années d'interdiction de se présenter au BEPC".


Afficher les commentaires
Articles les plus lus