Mali: Colonel Assimi Goïta officiellement président de la transition

Le Colonel Assimi Goïta , est le nouveau président de la transition malienne
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 29 mai 2021 à 13:08 | mis à jour le 29 mai 2021 à 13:08

Le colonel Assimi Goïta est le nouveau président de la transition malienne. Le patron de la junte militaire a été officiellement nommé vendredi, par la Cour constitutionnelle.

Mali : Le Colonel Assimi Goïta prend officiellement les rênes du pouvoir

Au Mali, la Cour constitutionnelle a rendu un arrêt déclarant le vice-président Assimi Goïta, nouveau président de la transition. La décision rendue le vendredi 28 mai, stipule que le chef de la junte militaire « exerce les fonctions, attributs et prérogatives de président de la transition pour conduire le processus de transition à son terme », et qu’il portera « le titre de président de la transition, chef de l’État ».

« En raison de la vacance de la présidence de la transition, il y a lieu de dire que le vice-président de la transition assume les prérogatives, attributs et fonctions de président de la transition, chef de l'État », lit-on dans ledit arrêt. Le Colonel Assimi Goïta, l' homme fort du Mali depuis le coup d'État qu'il a mené le 18 août 2020, avait fait arrêter en début de semaine le président Bah Ndaw et le premier ministre Moctar Ouane.

Conduits au camp militaire de Kati, dans le faubourg de la capitale Bamako, la junte militaire avait obtenu aux forceps, les démissions des deux personnalités en dépit des condamnations de la France et des États-Unis d' Amérique qui dénonçaient un "coup d'État dans un autre coup d' Etat".

La décision du vice-président Assimi Goïta de démettre de leurs fonctions, le président Bah N'Daw et son Premier ministre Moctar Ouane, serait due à la composition du nouveau gouvernement dont la liste venait d'être publiée.

En plus, la junte dit qu'elle aurait dû être consultée. En effet, deux ténors de l'ex-junte qui a renversé le président Ibrahim Boubacar Keita en août 2020, ont été démis de leurs fonctions ministérielles. Ce qui constitue, selon les explications de la junte militaire au pouvoir, une violation grave de la charte du 25 septembre 2020.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus