Réconciliation nationale: Affi (FPI) et le ministre KKB se mettent d'accord

Réconciliation nationale : Le ministre KKB et Pascal Affi N'guessan se sont parlés, ce vendredi
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 04 juin 2021 à 17:29 | mis à jour le 04 juin 2021 à 17:29

Kouadio Konan Bertin dit KKB, ministre ivoirien de la Réconciliation nationale, a rendu visite, vendredi 4 juin 2021 à Pascal Affi N'guessan, président de la branche légale du Front populaire ivoirien (FPI ).

Réconciliation nationale : KKB et Affi N'guessan accordent leurs violons

C'est la première rencontre entre les deux hommes depuis les tragiques évènements de la présidentielle d'octobre 2020. Vendredi 4 juin 2021, le ministre Kouadio Konan Bertin s'est entretenu avec l'opposant Pascal Affi N'guessan. Au menu de leurs échanges, l'épineuse question de la réconciliation nationale en Côte d'Ivoire.

" En ma qualité de ministre de la réconciliation, nous pensons que nous devons nous mettre à l’écoute de tous pour recueillir les avis de tout le monde et avoir une feuille de route qui reflète les intérêts des Ivoiriens, pour mener à bien notre mission, de réconcilier les Ivoiriens", a déclaré l'ex-président de la jeunesse du PDCI-RDA, à sa sortie d'audience.

KKB dit être venu solliciter l'implication du président du FPI légal dans le processus en cours de réconciliation nationale en Côte d'Ivoire. "Nous sommes venus solliciter l’implication du FPI dans le processus de réconciliation. Avec tout ce long temps d’échange, je vous dirai que je repars confiant et requinqué parce qu’avec le président Affi, nous avons fait un long tour d’horizon et nos points de vue, concordent en ce sens que nous devons aller à la réconciliation en y impliquant tout le monde", a fait savoir le ministre de la Réconciliation nationale.

Kouadio Konan Bertin s'est attristé des évènements malheureux, survenus la veille lors de sa visite au Pr Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif en chef du parti démocratique de Côte d'Ivoire. "Je vais d’abord présenter les excuses du gouvernement aux journalistes qui ont été brutalisés au siège du PDCI-RDA. Vous voyez que ma tâche est immense. Ceux qui ont été brutalisés, ça fait quelques années qu’ils sont avec nous. Ils connaissent bien la situation intérieure du pays. Justement, nous y travaillons pour espérer un jour éradiquer ce genre de comportement, d’où l’intérêt d’un tel ministère", a-t-il indiqué.

Des journalistes de la presse nationale et internationale ont été brutalisés, jeudi, au siège du vieux parti, lors de sa rencontre avec le N°2 du parti d' Henri Konan Bédié.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus