FPI: Konaté Navigué dit "oui" à Gbagbo après son divorce avec Affi

Konaté Navigué de retour aux côtés de Laurent Gbagbo
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 16 août 2021 à 19:43 | mis à jour le 16 août 2021 à 19:43

Konaté Navigué, ex-cadre du Front populaire ivoirien (FPI) pro-Affi N'guessan, a répondu favorablement à l'appel de l'ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, portant sur la création d'un nouveau parti politique.

Konaté Navigué rejoint Gbagbo après avoir quitté Affi : « J’ai été séduit par les idées de rajeunissement »

L’ancien vice-président du Front populaire ivoirien (FPI), Konaté Navigué, qui a quitté Pascal Affi N’Guessan, il y a quelques jours, a définitivement rejoint le camp de Laurent Gbagbo. " J'ai écouté, analysé et discuté la proposition du président Laurent Gbagbo de créer un nouveau parti, un nouvel instrument politique pour définir un nouveau cap. J'ai été séduit par les idées de Rajeunissement ; d’Ouverture aux autres organisations politiques et de la société civile ; de Rassemblement et de Reconstruction. J'y adhère et par conséquent, je réponds favorablement à son appel à mettre en place ce nouveau projet, ce nouveau contrat politique et social pour la Côte d'Ivoire et pour l'Afrique", a-t-il déclaré.

C'est le 4 août dernier, que le désormais ex-vice président du FPI en charge de la Bagoué, a rendu sa démission du FPI-Affi, "pour des raisons personnelles". Il lâchait ainsi ce dernier, dans son combat politico-judiciaire qu'il envisageait contre Laurent Gbagbo, pour le contrôle du Front populaire ivoirien. " J'ai donc pris la décision d'abandonner mes charges au niveau de la direction du parti. J'en ai informé le président du parti qui en a pris acte. Je lui ai expliqué que, pour ce que le président Laurent Gbagbo a fait pour moi politiquement et socialement, je ne peux pas et je ne veux pas l'affronter", avait-il indiqué.

Pour Konaté Navigué, sa décision "n'est pas un manque de courage", mais "une conception de la vie". "Je ne commettrai jamais le parricide quels que soient les circonstances, le temps et le lieu. Mon ascension politique et ma situation sociale, je les dois au président LG. Donc jamais je ne vais l'affronter '', avait-il martélé.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus