Guinée: Après la chute de Condé, le CNRD prend d'importantes discisions

Guinée - lieutenant-colonel Mamady Doumbouya
Par Eugène SAHI
Publié le 06 septembre 2021 à 08:50 | mis à jour le 06 septembre 2021 à 08:50

Guinée - Des putschistes aux ordres des forces spéciales guinéennes ont annoncé dimanche plusieurs décisions dont un couvre feu national après avoir capturé le président Alpha Condé et pris le contrôle de Conakry.

Coup d'Etat en Guinée: L'UA "demandent la libération immédiate du président Alpha Condé"

A la tête du Comité national de rassemblement et du développement (CNRD), le lieutenant-colonel Mamady Doumbouya, a annoncé la dissolution de la Constitution guinéenne ainsi que des institutions.

Mais également l’instauration d’un couvre feu sur toute l’étendue du territoire; les Gouverneurs sont remplacés par les Commandants militaires des régions, les Préfets et les Sous Préfets sont remplacés par des Commandants d'Unités

Selon l’actuel homme fort de la Guinée, les Secrétaires Généraux des Ministères doivent assurer la coordination des Ministères, les anciens Présidents d'Institutions et les Ex Ministres sont convoqués à une réunion ce lundi à 11H et les fonctionnaires sont appelés à reprendre le travail.

Dans une vidéo diffusée à la RTG, la télévision nationale, le porte-parole du CNRD a déploré, entre autres travers attribués à M. Condé, 83 ans, la situation socio-économique du pays, le "dysfonctionnement des institutions républicaines", l’instrumentalisation de la justice, le "piétinement des droits des citoyens", la "gabegie", ainsi que "la pauvreté et la corruption endémiques".

Une vidéo vraisemblablement filmée par les militaires montre le président Alpha Condé assis sur un canapé sans chaussures ni cravate. De nombreux soldats armés et encagoulés se tiennent autour de lui.

Le coup d'Etat en Guinée qui a entraîné le renversement du président Alpha Condé pourrait sonner la retraite d'un vétéran de la politique africaine, mais condamné par la communauté internationale.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a "fermement" condamné dans un tweet "toute prise de pouvoir" en Guinée "par la force du fusil", appelant "à la libération immédiate du président Alpha Condé".

Le président en exercice de l'Union africaine (UA) Félix Tshisekedi et le président de la Commission de l'UA Moussa Faki Mahamat "condamnent toute prise de pouvoir par la force et demandent la libération immédiate du président Alpha Condé" et appellent à une réunion d'urgence de l'organisation.

Le président en exercice de la Communauté économique des Etats d'Afrique de l'Ouest (Cédéao), le Ghanéen Nana Akufo-Addo, de son côté, "exige le respect de l'intégrité physique" du chef de l'Etat guinéen, sa libération immédiate et "le retour à l'ordre constitutionnel sous peine de sanctions".


Afficher les commentaires
Articles les plus lus