Une association de consommateurs en colère contre Assalé Tiémoko

Une association de consommateurs en colère contre Assalé Tiémoko
Par K. Richard Kouassi
Publié le 13 octobre 2021 à 18:34 | mis à jour le 13 octobre 2021 à 18:34

Jean-Baptiste Koffi, le premier responsable de l'Union fédérale des consommateurs de Côte d'Ivoire (UFC-CI), est très remonté contre Assalé Tiémoko. Que reproche-t-il au député-maire de Tiassalé ?

Jean-Baptiste Koffi dénonce l'attitude d' Assalé Tiémoko

LETTRE OUVERTE DE L’UNION FÉDÉRALE DES CONSOMMATEURS DE COTE D’IVOIRE (UFC-CI) à MONSIEUR ASSALE TIEMOKO ANTOINE, DÉPUTÉ DE LA NATION

Honorable,

Vos récentes publications sur les réseaux sociaux relativement à ce qu’il convient désormais d’appeler l’affaire "vol" des sociétés de téléphonie mobile’’ n’a pas laissé l’Union Fédérale des Consommateurs de Côte d’Ivoire indifférente. Aussi a-t-elle par la voix de son vice-président Franck Moreau fait le commentaire suivant :
‘‘ nous saluons votre réaction et sommes heureux que vous ayez porté ce cas à la connaissance de l'opinion publique.
Cependant l'Union fédérale des consommateurs de Côte d'Ivoire (UFC-CI), au nom de laquelle je m'exprime tient à souligner qu'elle a déjà résolu de nombreux cas similaires.
C'est pourquoi elle vous invite à la saisir pour ces présents cas afin de trouver une solution.
2721242492
[email protected]’’’
Au commentaire ci-dessus du vice-président de l’UFC-CI vous avez répondu ce qui suit :
‘‘ un député n'a pas à vous saisir. C'est à vous de venir lui expliquer ce que vous avez fait et non le contraire.’’
Votre réaction nous amène à nous interroger sur les motivations réelles de votre sortie.
En effet, êtes-vous vraiment guidé par la volonté de régler le problème que vous dénoncé ou est-ce encore une occasion de plus pour l’homme politique ou député de la nation d’occuper le devant de l’actualité.
Nos interrogations trouvent leurs sources dans votre publication du mardi 12 octobre 2021 où
Vous écrivez :
‘‘ce mardi 12 octobre, à sa demande et suite à ma publication sur le vol organisé par des sociétés de téléphonie mobile à travers des prélèvements de fonds abusifs et sans consentement, j'ai rencontré le ministre de l'Économie numérique, des télécommunications et de l'Innovation, M. Roger Adom.
Le ministre qui a appelé le directeur juridique et un autre conseiller technique pour la circonstance, entendait m'écouter, en tant qu'élu du peuple, afin de se faire une idée claire, sur l'affaire qui a fait l'objet de ma dénonciation...’’
‘‘…après le ministre Roger Adom, je me suis rendu à l'ARTCI où j'ai été reçu, également à sa demande, par le directeur général par intérim, M. Sanogo Bassoumarifou.
Là, j'ai clairement présenté le tableau et l'ampleur du vol commis impunément par ces sociétés de téléphonie mobile au préjudice des consommateurs et principalement contre ceux qui ne savent ni lire ni écrire et qui n'ont aucun moyen de découvrir ce vol...’’
Honorable ASSALE TIEMOKO, si nous suivons bien votre logique, le député de la nation ne se déplace que pour rencontrer les ministres et autres DG. Quand il s’agit des Organisations de Consommateurs, elles se doivent plutôt d’aller rendre compte au député de la nation.
Cela s’appelle tout simplement du mépris et de l’inconsidération, Monsieur le Député.
L’Union fédérale des consommateurs de Côte d’Ivoire ne saurait donc s’associer à votre initiative qui contient en elle-même déjà les germes de son échec.
En effet, comment comptez-vous recevoir à votre adresse [email protected]
les témoignages et preuves de quelqu'un qui ne sait ni lire ni écrire et qui est dans son champ au fond du pays pour qui vous dites mener ce combat ?
La lutte pour le mieux-être des consommateurs ne saurait être faite d’actes sporadiques et isolés. Elle ne saurait se nourrir de termes aussi sulfureux que creux comme ‘‘procès massif’’ qui n’ont pour seul mérite que de créer du buzz et faire rêver les consommateurs crédules.
La vraie lutte consumériste, celle qui porte du fruit n’est pas forcément celle qui se mène à grand renfort de communication. Biens de combats se gagnent à l’abri des regards et média selon des procédures bien établies comme celles que vous vous êtes finalement résolu à suivre ici à savoir
1/ Recours auprès des opérateurs.
2/ Saisine de l'ARTCI.
3/ Saisine de la justice en cas de non-satisfaction.
Telle est la démarche suivie par l’UFC-CI qui lui permet toujours d’obtenir gain de cause pour les consommateurs sans recourir aux procès longs, onéreux et à l’issue incertaine devant les tribunaux.
Les ministres et autres autorités administratives méritent respect et obéissance de tous, mais le député de la nation ne doit jamais perdre de vu qu’il est élu par les populations et donc les consommateurs.
À cet égard, les organisations de consommateurs méritent un meilleur regard de votre part.
Sincères salutations.
JB KOFFI

Président UFC-CI


Afficher les commentaires
Articles les plus lus