Accusé de bloquer le retour de Blé Goudé, Gbagbo dit toute la vérité

Le président Laurent Gbagbo a assisté, samedi 6 novembre, à l’inhumation de la veuve Tré Paul née Gbanon Madeleine
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 09 novembre 2021 à 11:07 | mis à jour le 09 novembre 2021 à 11:08

Le président Laurent Gbagbo a assisté, samedi 6 novembre, à l’inhumation de la veuve Tré Paul née Gbanon Madeleine, mère de son médecin particulier, Docteur Blé Christophe, à Kpogrobré, village natal de Charles Blé Goudé. Il a saisi l’occasion de sa présence pour s'entretenir avec les parents de son ancien codétenu à la Cour pénale internationale.

Laurent Gbagbo: "Ce sont les mêmes qui m’ont fatigué, qui fatiguent aussi Blé Goudé, sinon il n’est plus en prison"

Aux funérailles de la mère de son médecin personnel, Dr Blé Christophe, le weekend dernier à Kpogrobré, Laurent Gbagbo a pu rencontrer les parents de Charles Blé Goudé, également originaires de ce village. Il leur a tenu un discours apaisant qui devrait mettre fin aux polémiques relatives au retour au bercail de l'ex-chef de la galaxie patriotique, coincé à la Haye, dans l' attente de la délivrance de son passeport.

« Quand j’ai été arrêté, je pensais qu’on m’avait arrêté à cause de tous mes enfants. Je n’avais donc pas imaginé qu’on arrêterait un jeune après moi. Et puis un jour, le gardien de la prison de la CPI vient me dire qu’on a envoyé un Ivoirien. Je lui demande comment il s’appelle. Il me dit Blé Goudé. J'ai dit où est-il ? Le gardien me répond qu’on l’a gardé dans une pièce et qu’après, on va me l’envoyer. Deux jours après, je vois Blé Goudé et on lui donne une cellule. Mais c’étaient des pleurs dans mon for intérieur. On nous a jugés pendant trois ans. Ils ont envoyé 82 témoins. Ils ont envoyé tous les Généraux de la Côte d’Ivoire. Après leur audition, le juge a dit que ce n’est même pas la peine de faire venir nos témoins parce que ceux qui devraient nous accabler nous ont innocentés. Et on nous a acquittés et libérés. Mais ceux qui nous ont envoyés là-bas ne sont pas contents qu’on nous ait libérés. Ce sont ceux-là qui se battent entre eux. Ils ne veulent pas qu’on rentre dans notre pays", a-t-il indiqué.

Et de poursuivre : " Alors, moi, comme ils avaient pris mon passeport quand ils m’ont arrêté, je leur ai demandé de me le remettre. Ils m’ont dit que mon passeport est périmé. J’ai donc demandé qu’on me remette un nouveau passeport. Et comme ils semblaient ne pas comprendre, je suis allé à l’ambassade de notre pays à Bruxelles pour demander qu'on me remette mon passeport. Les gens de l’ambassade m’ont dit qu’ils vont interroger Abidjan. Je leur ai donc donné mon numéro de téléphone pour qu’ils retournent ce qu’Abidjan aura répondu. Et comme ils ne réagissaient toujours pas, un jour, j'ai appelé la télévision et j’ai rappelé que je suis acquitté et libéré. Je demande qu’on me donne mon passeport, on refuse, je ne comprends pas. J’ai crié fort. Et comme je suis ancien Président de la République, ma voix a porté. C’est comme cela qu’on m’a appelé un jour pour me remettre mon passeport. Et j’ai décidé de rentrer en Côte d’Ivoire. Ce sont les mêmes qui m’ont fatigué, qui fatiguent aussi Blé Goudé, sinon il n’est plus en prison. Votre fils lutte pour qu’on lui remette son passeport. Patientez, car votre fils n’est plus en prison. On va lui remettre son passeport et je me bats pour cela », a rassuré l'ancien président ivoirien.

Des doigts accusateurs sont souvent pointés sur le conjoint de Nady Bamba, rentré au bercail le 17 juin dernier, le présentant comme celui qui bloque le retour au pays de son ancien ministre de la Jeunesse et ancien codétenu du pénitencier de Scheveningen à La Haye. Sur cette question de la délivrance du passeport de Charles Blé Goudé, le porte-parole du Gouvernement, Amadou Coulibaly, a invité, mercredi dernier, ses partisans à la patience.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus