Burkina Faso: La Police Municipale est le service le plus corrompu

corruption
Par Team Afrique Sur 7
Publié le 07 décembre 2022 à 11:23 | mis à jour le 07 décembre 2022 à 11:23

Le Réseau national de Lutte Anti-Corruption (REN-LAC), a rendu officiel, le rapport 2021 sur l’état de la corruption au Burkina Faso, mardi 6 décembre 2022. Selon ce rapport, la Police municipale occupe le 1er rang des services les plus corrompus de l’administration publique burkinabè. Elle est suivie des services des Douanes et de la Police Nationale.

La Police municipale au Burkina Faso a toujours occupé le premier rang des services les plus corrompus durant ces cinq dernières années

Une fois de plus, la Police Municipale occupe la tristement première place du service public le plus corrompu au Burkina Faso. C'est ce que révèle le rapport 2021 du Réseau national de lutte anti-corruption (REN-LAC), rendu public à la presse. En effet, la Police Municipale se substitue à son rôle régalien de protection de la population, pour devenir un foyer où la corruption a pignon sur rue. Il faut noter que cette année, la Police municipale conserve son rang puisqu'elle a également occupé la première place dans le rapport 2020.

Selon les 3000 personnes enquêtées dans 14 villes du pays, les pratiques de corruption ont été les plus fréquentes au niveau de la Police municipale et les résultats du rapport 2021 indiquent que 85,23% des enquêtés estiment que le phénomène est fréquent. Dans ce rapport, au-delà de la perception que bien des personnes ont dénoncée, cette année, le REN LAC a innové en prenant en compte l'expérience ( initiateur et victime). L' indice composite de mesure de la corruption dans les Administrations publiques( ICMC-AP), a été calculé avec ces deux éléments : perception et expérience.

La corruption, un phénomène qu’il faut combattre

La deuxième et la troisième place sont respectivement occupées par les services de Douanes et la Police Nationale. A noter que la publication de ce rapport intervient dans un contexte où le pays vit une grave crise sécuritaire et le REN-LAC qui n’a pas voulu rester en marge de cela, a décidé de placer cette année, ses Journées nationales du Refus de la Corruption (JNRC) sous le thème : « Corruption et terrorisme au Burkina Faso : quelles perspectives ?».

Si la corruption demeure un phénomène endémique qui mine beaucoup de nos sociétés africaines notamment le Burkina, le renforcement de l’outil juridique de prévention et de répression ainsi que la mise en place des réseaux de veille et d’alerte sur les cas de corruption sur toute l’étendue du territoire contribuerait fortement à freiner cette corruption. « Il urge de prendre des mesures vigoureuses sans complaisance pour combattre ce phénomène, avant qu’il ne soit trop tard », a d’ailleurs fait savoir le secrétaire exécutif du REN-LAC, Sagado Nacanabo.

Le classement complet 2021 du REN-LAC du premier au dixième rang :

Police Municipale 51,3%

Douane 37,3%

Police Nationale 31,8%

Enseignement post primaire 15,7%

Direction Générale des Transports Terrestres et Maritimes 15,2%

Santé 15,2%

Gendarmerie nationale 12,1%

Impôt/Domaine du foncier 10,4%

Collectivité territoriale mairie 9,5%

Administration générale 9,3%

Pierre Ouédraogo Rédacteur : www.afrique-sur7.ci


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus