Le pouvoir met fin au débat sur le retour de Laurent Gbagbo le 17 juin

Amadou Coulibaly dit Am's, a évoqué  la question du retour en Côte d'Ivoire de Laurent Gbagbo
Par Jean Kelly Kouassi
Publié le 09 juin 2021 à 18:31 | mis à jour le 09 juin 2021 à 18:31

Amadou Coulibaly, porte-parole du gouvernement ivoirien, a évoqué la date du 17 juin annoncée pour le retour en Côte d'Ivoire de Laurent Gbagbo.

De sérieux doutes pèsent sur le retour annoncé de Laurent Gbagbo, le 17 juin prochain

Laurent Gbagbo pourra-t-il effectivement regagner la Côte d’Ivoire le 17 juin prochain ? Cette question cristallise l'actualité socio-politique ivoirienne depuis l'annonce faite le 31 mars dernier par Assoa Adou, secrétaire général du FPI-GOR.

Interrogé sur le sujet à l'issue du traditionnel Conseil des ministres bimensuel, ce mercredi, le ministre de la Communication, par ailleurs porte-parole du gouvernement, a laissé planer de sérieux doutes sur le retour au pays de Laurent Gbagbo à la date du 17 juin, comme annoncé par le Front populaire ivoirien (FPI).

" Ce qu'il faut retenir, c'est que les discussions se poursuivent. Le ministre de la réconciliation a pris acte de la date qui a été annoncée dans les médias. Pour notre part, nous nous en tenons au cadre de discussion qui a été mis en place pour que toutes les conditions soient réunies pour un retour apaisé de M. Laurent Gbagbo", a fait savoir Amadou Coulibaly.

Le ministre de la Communication, ajoute que le gouvernement ivoirien s'en tiendra aux conclusions qui sortiront du cadre de discussion toujours en cours. Toutefois, il a assuré que, conformément à la volonté affichée du chef de l' Etat ivoirien, Alassane Ouattara, tout est mis en œuvre pour un retour apaisé de l'ex-président.

D'ailleurs, précise-t-il, à aucun moment, le dialogue n'a été rompu entre la partie gouvernementale et les émissaires de Laurent Gbagbo. Dans le cadre de la poursuite des discussions entre les deux parties, une réunion est prévue jeudi 10 juin entre une délégation de la direction du FPI et le ministre ivoirien en charge de la Sécurité.

" Après, des annonces peuvent être faites, ça reste des annonces, mais il y a un cadre qui est défini et c'est ce cadre qui va donner des informations officielles sur lesquelles les deux parties vont convenir", a insisté le porte-parole du gouvernement.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus