Ukraine : Le G7 veut asphyxier économiquement la Russie

Ukraine : Le G7 veut asphyxier économiquement la Russie
Par K. Richard Kouassi
Publié le 27 juin 2022 à 14:57 | mis à jour le 27 juin 2022 à 14:57

Le sommet du G7, qui se tient actuellement en Allemagne, a donné lieu aux dirigeants européens de se prononcer de nouveau sur la guerre en Ukraine. Joe Biden, le président des USA et Boris Johnson, le Premier ministre anglais ont annoncé un embargo sur l'importation de l'or russe tout en continuant de maintenir la pression sur Vladimir Poutine et la Russie.

Sommet du G7 : De nouvelles mesures contre Vladimir Poutine

Les dirigeants du G7 ont parlé d'une même voix pour condamner la guerre en Ukraine. Réunis en Allemagne, les sept dirigeants européens ont réaffirmé leur détermination à faire plier Vladimir Poutine. " En tant que G7, nous sommes unis aux côtés de l’Ukraine et nous continuerons à la soutenir. Pour cela, nous devons tous prendre des décisions difficiles, mais nécessaires. Nous continuerons à accroître la pression sur Poutine. Cette guerre doit prendre fin", ont-ils déclaré d'un commun accord.

Le G7 a appelé "de toute urgence la Russie à cesser, sans condition, ses attaques contre les infrastructures agricoles et de transport et à permettre le libre passage des marchandises agricoles depuis les ports ukrainiens de la Mer noire". Il faut dire que l'Allemagne, le Canada, la France, les États-Unis, l'Italie et le Royaume-Uni ont annoncé des mesures "contre les responsables des violations des droits humains", mais aussi "les crimes de guerre", lit-on dans un communiqué de la Maison Blanche.

Par ailleurs, le G7 est déterminé à "continuer à restreindre l'accès de la Russie à des ressources industrielles cruciales" au niveau de la défense. Les sept pays européens entendent également "se coordonner pour utiliser les taxes douanières sur les produits russes afin d'aider l'Ukraine". La stratégie consiste à taxer lourdement les exportations du pays de Vladimir Poutine. Pratiquement, les États-Unis ont décidé de "mettre en place un taux plus élevé sur plus de 570 groupes de biens russes d'une valeur totale de 2,3 milliards de dollars".


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus