Burkina Faso: Les terroristes explosent deux ponts dans le Nord

Les terroristes s'attaquent à des axes routiers

Burkina Faso,91
Par Henri
Publié le 18 juillet 2022 à 08:35 | mis à jour le 18 juillet 2022 à 08:39

Le Burkina Faso qui fait face à des attaques terroristes à répétition n'est pas encore au bout de ses peines. Dans la nuit du 15 au 16 juillet 2022, les terroristes ont détruit un pont à l'aide d'explosifs isolant ainsi une ville du Burkina Faso.

Les terroristes coupent deux ponts dans le Nord du Burkina Faso

Entre attaques armées et l'explosion des mines, le Burkina Faso n'est pas encore sorti de l'auberge. Dans la nuit du vendredi 15 au samedi 16 juillet 2022, les ponts des villes de Woussé et de Naré ont été dynamités par une escouade d'hommes armés qui ont coupé la liaison routière entre la ville de Kaya située au Centre-Nord de Dori dans le Sahel.

«Les groupes armés terroristes ont dynamité à nouveau le pont de Naré, sur la route nationale N°1, hier c’était celui de Woussé. Cette fois-ci, la ville de Dori est complètement coupée», a indiqué « Sahel Security ».

Sur les différentes images qui ont été partagées sur les réseaux sociaux, on peut apercevoir que la destruction de ces ponts a rendu impossible le ralliement de la capitale à Dori. La destruction de ce pont rend impraticable cette voie comme le témoigne une source à RFI: « La voie n’est pas praticable. Le pont de Naré a été détruit encore une fois», a confié un transporteur.

Coupure des axes routiers, un changement de stratégie des terroristes?

On assiste sans doute à un changement de stratégie de la part des groupes terroristes opérant dans le pays. En effet, la destruction de ces différents ponts, n'est pas sans conséquences pour le Burkina Faso. Elle vise avant tout, à isoler les régions du Sahel et à rendre impossibles les échanges économiques entre le Burkina Faso et les pays du Golfe de Guinée.

En début de semaine, « Promediation » mettait en garde que la circulation sur l’axe entre Bobo-Dioulasso et Ouagadougou n’était plus sécurisée. Pour rappel, dans la nuit du 29 au 30 juin dernier, une partie du pont de Naré avait été déjà prise pour cible rendant impossible la circulation.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus