Titrologie: Gbagbo cogne Ouattara et Sarkozy, les FDS répliquent à Téhini

Titrologie- Laurent Gbagbo:
Par Eugène SAHI
Publié le 20 octobre 2021 à 10:38 | mis à jour le 20 octobre 2021 à 10:38

Titrologie - Laurent Gbagbo, invité de France 24 mardi soir, "n'exclut rien" pour la présidentielle de 2025 en Côte d'Ivoire, et cet énième attaque djihadiste dans la localité de Téhini au nord du pays, cristallisent l'actualité ivoirienne de ce mercredi 20 octobre 201.

Titrologie- Laurent Gbagbo: "Je n’exclus rien" pour la présidentielle de 2025 en Côte d'Ivoire

Après la création de son nouveau Parti des peuples africains-Côte d'Ivoire (PPA-CI), Laurent Gbagbo reste toujours au cœur de l’actualité en Côte d'Ivoire. La presse locale continue de placer l’ex-président du FPI historique à la Une des parutions comme c’est le cas ce matin avec une interview exclusive accordée à France 24, mardi où l’ancien président ivoirien, âgé de 76 ans, revient sur la création de son nouveau parti.

Si des journaux proches de la gauche, saluent cette première grande sortie médiatique de l’ex-prisonnier de la CPI, d'autres tendances la place, aux antipodes de la réconciliation nationale.

“Laurent Gbagbo comme le Phénix”, titre Le Temps pour évoquer les nouvelles ambitions panafricanistes du Woody. Pour Le Quotidien d’Abidjan, le “nouveau parti de Gbagbo dérange et fait peur”, renchérit le journal de gauche. Mais à qui?

“Gbagbo donnera du fil à retordre Ouattara et Bédié” avec son nouveau parti.

Cependant, avec cette interview sur France 24, si le bras droit de Charles Blé Goudé à “fait le grand déballage" sur les questions comme Simone Gbagbo, la limitation de l'âge à 75 ans à la présidentielle de 2025 ou encore sa condamnation à 20 ans de prison (Nouveau Réveil), pour le quotidien l’Avenir, Laurent a tout simplement dérapé et raté cette sortie médiatique.

En effet, selon le journal, l'ancien chef d’Etat a tenu, lors de cet entretien sur la chaîne étrangère, des “propos graves” notamment envers les victimes de la crise postélectorale de 2010 à 2011.

Téhini de nouveau frappé par une nouvelle attaque

“Je ne suis pas Blé Goudé pour demander pardon”, a estimé Gbagbo lors de l’entretien au cours duquel il attaque les réformes constitutionnelles annoncées du président Alassane Ouattara avant d’accuser l’ancien chef de l’Etat francais, Nicolas Sarkozy, d’avoir injustement bombardé sa résidence en avril 2011 pour le “capturer comme un vulgaire délinquant”.

Pendant ce temps, dans le nord du pays, les attaques terroristes ont repris ces derniers jours. A Téhini, “un soldat blessé et un assaillant tué”, rapporte Le Bélier tout comme Fraternité Matin qui dévoile “la vérité de l'État-major des armées” sur cette énième attaque dans la localité.


Afficher les commentaires
Articles les plus lus