Rdc, Adf, Déby...Tout sur le tête-à-tête Macron-Tshisekedi en France

Tête-à-tête Macron-Tshisekedi: Kinshasa sollicite l’appui de la France contre ADF
Par Eugène SAHI
Publié le 27 avril 2021 à 18:39 | mis à jour le 27 avril 2021 à 18:39

Echange Macron-Tshisekedi. Le Président congolais Félix Tshisekedi a été reçu ce mardi 27 avril à l’Elysée par son homologue Emmanuel Macron après avoir assisté, vendredi, aux obsèques d'Idriss Déby à N'Djamena.

Tête-à-tête Macron-Tshisekedi: Kinshasa sollicite l’appui de la France contre ADF

Le président français Emmanuel Macron et son homologue congolais Félix Tshisekedi ont eu un tête à tête à l’Elysée. Au cours d’une conférence de presse conjointe, Félix Tshisekedi a réaffirmé sa détermination à éradiquer les forces négatives dans l’est du pays, notamment la rébellion d’Allied democratic forces (ADF). « Je ne me laisserai jamais de sensibiliser la communauté internationale par rapport aux zones des violences en Afrique et particulièrement dans mon pays la RDC à l'Est où il s’est créé maintenant un groupe à tendance islamiste, au discours islamiste et aux méthodes islamistes et qui sèment la terreur auprès de nos populations. Donc là, je suis plus que jamais déterminé à l'éradiquer et je compte sur le soutien de la France », a déclaré Félix Tshisekedi.

L’Est de la RDC est de plus en plus instable à cause des multiples groupes armés qui y opèrent. Les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu et du Sud-Kivu sont les plus concernées. L’épicentre de l'insécurité reste le territoire de Beni où des tueries massives des civils sont perpétrées depuis plus de six ans par les combattants ADF. Selon un rapport de la CENCO, 6000 personnes ont été tuées à Beni depuis 2013, tandis qu’en Ituri, 2000 personnes ont été tuées pour la seule année 2020.

La France et la RDC "réitèrent leur attachement à la stabilité et à l'intégrité du Tchad"

Le président français et son homologue congolais Félix Tshisekedi, président temporaire de l’Union africaine (UA), ont, par ailleurs, condamné les violences qui ont éclaté au Tchad. Dans un communiqué commun, les deux présidents "demandent la cessation de toutes les formes de violences" et "rappellent leur soutien à un processus de transition inclusif, ouvert à toutes les forces politiques tchadiennes, conduit par un gouvernement civil d'union nationale et devant mener le pays à des élections dans un délai de 18 mois".

Mahamat Idriss Déby, le fils d’Idriss Déby, l’ancien président tchadien décédé la semaine dernière, dirige le Conseil Militaire de Transition (CMT). La France et la RDC "réitèrent leur attachement à la stabilité et à l'intégrité du Tchad", ajoute le texte qui apporte aussi son soutien "aux efforts d'accompagnement" de l'UA. "Il faut très vite revenir à l'ordre démocratique", a insisté le président congolais devant la presse.

Au moins deux personnes ont été tuées mardi dans des manifestations sporadiques à N'Djamena et dans le sud du Tchad, appelées par plusieurs partis de l'opposition et d'organisations de la société civile contre la prise de pouvoir par le CMT. La France a sauvé militairement à au moins deux reprises, le régime de feu Idriss Déby menacé par des rebelles, en 2008 et 2019.

Tête-à-tête Macron-Tshisekedi - Tête-à-tête Macron-Tshisekedi - Tête-à-tête Macron-Tshisekedi


Afficher les commentaires
Articles les plus lus