Affaire "Soldats ivoiriens détenus au Mali": Gohou Michel prend position

Gohou Michel
Par Mael Espoir
Publié le 27 novembre 2022 à 11:04 | mis à jour le 27 novembre 2022 à 11:04

Dans une interview accordée à Jeune Afrique, le comédien ivoirien, Gohou Michel, s'est prononcé sur l'affaire des 46 soldats ivoiriens détenus au Mali et sur d'autres sujets de l'actualité sociopolitique en Côte d'Ivoire.

Gohou Michel : ''Le Mali et la Côte d’Ivoire sont comme deux frères''

Cela fait maintenant quatre mois que des militaires ivoiriens sont détenus au Mali, et la tension est vive entre Abidjan et Bamako. Interrogé sur le sujet, Gohou Michel a tenu un discours assez rassembleur :

'' Le Mali et la Côte d’Ivoire sont comme deux frères qui ont eu une prise de bec et se sont tourné le dos. Mais la famille reste la famille. Ils finiront toujours par revenir à de bons sentiments. Les populations de nos deux pays sont entrelacées. Savez-vous combien de millions de Maliens vivent en Côte d’Ivoire et vice-versa?(...) Ce qui s’est passé est le fruit d’une incompréhension, mais à force de dialoguer, on finira toujours par s’entendre. Ce qui est rassurant, c’est que personne ne parle de force ni d’engagement armé. Les deux sont d’accord pour se parler. Ils finiront par s’entendre et les soldats rentreront dans leurs familles'', a déclaré Gohou Michel.

L'humoriste ivoirien s'est également prononcé sur d'autres sujets brûlants de la politique ivoirienne. Dans un premier temps , il a fait savoir qu'il n'est pas véritablement inquiété par les tensions qui apparaissent déjà sur la scène politique ivoirienne quelques mois avant les prochaines échéances électorales.

'' Celui qui est pessimiste peut être préoccupé, mais je ne le suis pas. Même en Europe, à l’approche d’élections, il y a du remue-ménage. C’est tout à fait normal qu’il en soit de même en Afrique, où nous apprenons encore à connaître la démocratie. Dans cet apprentissage, souffrez qu’il y ait des grincements de dents'', a-t-il indiqué.

Gohou Michel a été invité à se prononcer sur les intentions d'un député ivoirien de faire voter une loi qui limiterait l’âge pour se présenter à la magistrature suprême.

'' Ce n’est pas une question d’âge. On peut être jeune et nourrir de la haine, vouloir en découdre avec les autres. On peut aussi avoir un âge avancé et prôner la paix. Ceci étant dit, là où je suis d’accord avec cette limitation d’âge, c’est que le métier de président est complexe, extrêmement difficile et usant. Or, passé un certain âge, il faut se reposer. Il y a d’autres manières de se mettre au service de son pays'', a-t-il soutenu.


+ Afficher les commentaires
Articles les plus lus